Economie

Égypte, la participation du secteur privé du gouvernement à la construction d’écoles fait craindre une privatisation

Égypte, la participation du secteur privé du gouvernement à la construction d'écoles fait craindre une privatisation

800 000 élèves s’inscrivent chaque année dans les écoles égyptiennes dans les premiers stades de l’éducation de base, un nombre qui dépasse les capacités du gouvernement égyptien, ce qui se traduit par une augmentation de la densité des salles de classe à environ 80 élèves par classe, selon les déclarations de la Ministre de l’Éducation.
Face à cette pression croissante chaque année, le gouvernement égyptien a adopté une politique de participation du secteur privé pour construire plus d’écoles, mais elles ne seront accessibles qu’aux classes moyennes, selon un communiqué du ministère des Finances, qui fait craindre « privatiser » ou « marchandiser » l’éducation, le ministère de l’Éducation a déclaré dans un communiqué fin juillet dernier qu’il était sur le point d’achever la mise en place d’un millier d’écoles de langues distinctes en partenariat avec le secteur privé d’ici 2030, notant que le premier projet national d' »écoles de langues d’excellente participation » entrée en service au cours de l’année universitaire 2021/2020.
Le ministre égyptien des Finances, Mohamed Maait, a confirmé que les nouvelles écoles seront dotées de dépenses réduites qui conviendront aux parents à revenus moyens, et contribueront à réduire la densité d’élèves dans les écoles expérimentales (écoles de langues gouvernementales), il a souligné que le ministère cherche à attirer des hommes d’affaires égyptiens et arabes à investir dans ce type d’écoles, qui offriront un « excellent niveau d’éducation » sous la supervision du ministère de l’Éducation.
En plus des écoles publiques gratuites, il existe de nombreuses autres écoles publiques, telles que les écoles expérimentales, nationales, japonaises et du Nil, toutes en langues étrangères, où les frais de scolarité sont élevés et la densité d’élèves dans les classes varie de manière inégale, en plus aux écoles privées et internationales, où les dépenses annuelles vont de 20 000 à 250 mille livres (un dollar équivaut à environ 15,70 livres).

  Afreximbank introduit un instrument financier pétrolier pour les opérateurs africains
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top