Politique

Algérie : la ville de Kherrata se rebelle contre le régime des généraux

Algérie Kherrata

Après que tout le monde, y compris les généraux, attendait le retour du Hirak algérien et les manifestations contre le régime à partir de la capitale, Oran ou Annaba, mais la surprise est venue d’un autre endroit. Hier matin, une marche nationale populaire pacifique et de masse a été lancée dans la ville de Kherrata, dans la Wilaya de Béjaïa, pour marquer le deuxième anniversaire de la marche du 16 février 2019 rejetant le règne des généraux et l’exigence de changement radical du système.

Des dizaines de milliers d’Algériens ont participé à la marche, venant de plusieurs Wilayas, pour participer fortement à cette marche nationale historique.

Il est à noter que le 16 février 2019, la ville de Kherrata a été témoin de l’une des premières grandes manifestations contre le cinquième mandat de Bouteflika, et ce fut l’une des étincelles de l’éclatement du Hirak populaire le 22 février en Algérie, qui mit fin au règne de Bouteflika. …

Et comme il le faisait autrefois, après avoir accepter le règne des généraux, le chef du mouvement de la Société pour la paix, Abderrazak Makri, a déclaré qu’il soutenait les manifestations de Kherrata et que son parti était le premier à sortir dans le mouvement du 22 février 2019.

Makri a confirmé que le mouvement de la Société pour la paix est le seul parti en Algérie qui est sorti le 22 février 2019, et en même temps avec une grande hypocrisie, Makri a dit qu’il ressentait la sincérité du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, pour lutter contre la corruption, malgré le fait que ceux qui sont sortis dans la ville de Kherrata dans la wilaya de Béjaîa se sont prononcés contre Tebboune et le régime des généraux.

  Le régime des généraux en Algérie continue de tergiverser et de se moquer des Nations unies dans le domaine des droits de l'homme

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top