Economie

Le Libéria courtise les marchés premium pour augmenter les revenus du cacao

Le Libéria courtise les marchés premium pour augmenter les revenus du cacao

Le tranchage et le bruit sourd des cabosses tombant des arbres interrompent l’immobilité d’une plantation de cacao dans une partie reculée du comté de Nimba pendant la saison des récoltes. La plupart des fèves nichées dans les cabosses rougeâtres seront vendues à Monleh Enterprises, le plus grand négociant en cacao du pays. La PDG de Monleh, Rachel Mulbah, dirige un navire serré.

« Notre tonnage dépasse toujours les autres agents qui vendent à notre acheteur local », déclare Mulbah. «Je ne dois jamais à un partenaire. Et maintenant, nous recherchons la bonne qualité, pas seulement le cacao conventionnel», le cacao libérien a une mauvaise réputation internationale en raison d’un historique de qualité inégale, entraînant des pénalités de prix automatiques sur le marché mondial. Presque tout le cacao libérien est vendu sur le marché en vrac pour être utilisé dans l’industrie cosmétique, les conditions actuelles du marché incitent peu les agriculteurs libériens à améliorer leurs pratiques post-récolte telles que la fermentation et le séchage des fèves – essentielles à la qualité et à la saveur – car leurs efforts ne rapportent pas de meilleurs prix. Avec des volumes nationaux négligeables, le Libéria est resté à la traîne derrière la Côte d’Ivoire et le Ghana voisins, qui produisent ensemble environ les deux tiers du cacao mondial. Ceci en dépit d’un sol fertile et d’un climat optimal pour la culture de la culture.

« Historiquement, le Libéria n’a pas fait grand-chose pour améliorer la valeur ou le volume de ses exportations de cacao », explique Robert Davis, un économiste politique libérien. « Le cacao a peu de valeur commerciale, représentant environ 0,4 % du PIB. L’investissement fondamental doit être fait de bas en haut pour qu’il ait un impact significatif sur l’économie», un rapport publié par le réseau VOICE, qui préconise la réforme du secteur du cacao pour améliorer les conditions de travail, indique que le marché du cacao en vrac maintient les producteurs dans un cycle de pauvreté, avec moins de 10 % des agriculteurs au Ghana – le deuxième producteur mondial – sur ou au-dessus du seuil du revenu vital. Une tentative conjointe du Ghana et de la Côte d’Ivoire de fixer un prix minimum pour améliorer les revenus des agriculteurs s’est avérée infructueuse.

  Tower Resources obtient une nouvelle prolongation de la première période d'exploration du Thali PSC au Cameroun
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top