Economie

L’économie tunisienne est en état de coup dur à cause des options politiques

L'économie tunisienne est en état de coup dur à cause des options politiques

Plus d’un mois après que le président tunisien a pris des mesures exceptionnelles, selon lesquelles il a limogé le gouvernement et suspendu les travaux du Parlement ; Les experts et observateurs en Tunisie et à l’étranger s’inquiètent de plus en plus de l’absence d’un plan économique clair pour sortir la Tunisie de sa crise.

Et depuis le 25 juillet dernier, le président n’a pas dévoilé son candidat au poste de Premier ministre après le limogeage d’Hisham al-Mashishi, ni son plan économique, à l’exception de certaines décisions que ses opposants ont qualifiées de « populistes » par rapport à l’appel à réduire les prix et lutter contre les monopoles, la déclaration conjointe des sept pays industrialisés est venue traduire l’inquiétude internationale face à l’état d’ambiguïté persistant et à l’absence de signes clairs de la sortie de la Tunisie de la situation exceptionnelle approuvée par le président pour une durée indéterminée.

Bien que ces pays aient affirmé leur engagement continu en faveur du partenariat avec la Tunisie à tous les niveaux – en particulier les niveaux économiques – ils ont exhorté le président sur le besoin urgent de nommer un gouvernement qui serait en mesure de faire face aux crises tunisiennes, pendant des mois, le pays a connu la crise financière la plus grave aggravée par la pandémie de Corona, alors que le taux de contraction économique a atteint 8,8%, la dette publique centrale atteignant près de 87% du produit intérieur brut, tandis que le taux de chômage a bondi à 17,4. % et les taux d’investissement ont diminué de moitié.

  Les pays d'Afrique de l'Ouest signent un accord pour développer les infrastructures de télécommunications moderne

Les experts économiques s’accordent à l’unanimité sur le fait que le plus grand défi pour le président Qais Saeed en l’absence d’un nouveau gouvernement est la capacité de mobiliser des ressources financières pour couvrir le déficit budgétaire pour 2021, qui s’élevait à 11,5%, beaucoup s’interrogent sur le sort des pourparlers avec le Fonds monétaire international, qui ont été lancés depuis mai dernier, à propos d’un prêt patchwork sur lequel la Tunisie compte pour mobiliser ses ressources et payer ses dettes intérieures et extérieures.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top