Economie

« Nouveau niveau » ajouté à l’écosystème des startups en Afrique

« Nouveau niveau » ajouté à l'écosystème des startups en Afrique

Les réformes visant à renforcer la convivialité des entreprises, ainsi que les populations jeunes et des technologies, stimulent les écosystèmes de startups «de deuxième niveau» au Maroc, au Ghana, au Sénégal, en Ouganda et en Éthiopie, alors que le capital-risque se développe au-delà des destinations africaines «ordinaires».

Les investisseurs ont commencé à regarder les nouveaux marchés africains des startups loin des écosystèmes traditionnels de l’Afrique du Sud, du Kenya, de l’Égypte et du Nigéria, dans ce qui pourrait augmenter considérablement la taille et la valeur du marché naissant, selon un rapport, le Maroc, le Sénégal, le Ghana et l’Ouganda ont commencé à attirer davantage de financements de croissance à un stade précoce alors qu’ils deviennent les prochains marchés de démarrage du continent, selon un nouveau rapport, African Tech Ecosystems of the Future 2021/22, le rapport préparé par la société de renseignement et de recherche sur les investissements directs étrangers, Briter Bridges, montre que si le financement reste fortement biaisé vers les «quatre premiers» de l’Afrique du Sud, du Nigeria, du Kenya et de l’Égypte, de nouveaux marchés de démarrage devraient donner du fil à retordre à ces économies géantes pour leur argent.

« Ce regroupement a montré une propension à détourner l’attention du reste du continent ; malgré cela, plusieurs développements notables se sont produits dans d’autres pays africains », indique le rapport, « Un nouveau niveau d’écosystèmes technologiques moins bien financés connaît désormais une augmentation des facilités de financement et de l’intérêt », ajoutent les auteurs du rapport, le Ghana, classé 4e avec plus de 260 startups qui ont levé plus de 21,3 millions de dollars au cours de la période, est tiré par un solide marché de l’externalisation des affaires soutenu par une population jeune et féru de technologie et l’engagement du pays envers l’enseignement technologique. Le Maroc, classé 7ème, a vu l’intérêt croissant des investisseurs, attribué à ses programmes de réforme ambitieux qui ont placé le pays à la deuxième place juste derrière l’Afrique du Sud dans le classement de la convivialité des affaires.

  Avec l'augmentation des groupes djihadistes, la guerre contre le terrorisme se déplacera-t-elle en Afrique ?
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top