Economie

Huawei et ATU vont accélérer la connectivité fibre en Afrique avec un nouveau partenariat

Huawei et ATU vont accélérer la connectivité fibre en Afrique avec un nouveau partenariat

 Selon l’état de la connectivité Internet mobile 2021, l’Afrique subsaharienne présente le plus grand écart de couverture (ceux qui vivent dans des zones sans couverture haut débit mobile) à 19 %, soit plus de trois fois la moyenne mondiale. Alors que l’accès à Internet est devenu plus abordable, en particulier grâce aux téléphones portables, les coûts sont encore élevés et inabordables pour de nombreux habitants de la région, qui restent hors ligne, la réduction de ce déficit de connectivité devrait donc être une priorité absolue pour les gouvernements et les opérateurs africains.

Pour que les pays africains effectuent une transition complète vers les économies numériques d’ici 2030, ils devront augmenter leurs investissements dans les infrastructures physiques et la formation des capacités humaines à hauteur de 100 milliards de dollars (10 000 milliards de Ksh), pour cette raison, le géant chinois de la technologie Huawei a annoncé un partenariat avec l’Union africaine des télécommunications pour accélérer le rythme du transfert des services vers la sphère numérique au cours des huit prochaines années. Le partenariat a été annoncé lors de la conférence AfricaCom 2022 en cours au Cap, en Afrique du Sud, où les ministres des TIC et leurs représentants ont signé un communiqué conjoint acceptant de mettre en place des initiatives mesurables dans le développement de leurs économies numériques. Le Kenya faisait partie des pays membres participant à la conférence.

Selon les deux partenaires, le partenariat devrait contribuer à l’investissement global en équipements, ressources humaines et processus nécessaires pour réussir la transition numérique, Leo Chen, président de Huawei pour l’Afrique subsaharienne, a déclaré que près de 80 % de tous les investissements requis sont directement liés à la nécessité de déployer et de maintenir des réseaux à large bande, cependant, connecter les non-connectés ne se limite pas à l’infrastructure : environ 20 % des investissements requis consistent à renforcer les compétences des utilisateurs et les fondations de contenu local, et 2 à 4 % supplémentaires devraient être alloués à la mise en place du cadre réglementaire approprié.

  Qui est le capitaine Ibrahim Traoré, le chef du nouveau putsch au Burkina Faso
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top