Economie

Après être entré dans le cercle de la dégradation de la cote de crédit, les institutions internationales ont-elles des préjugés contre l’Égypte ?

Après être entré dans le cercle de la dégradation de la cote de crédit, les institutions internationales ont-elles des préjugés contre l'Égypte ?

L’Égypte craint la poursuite de la dégradation de sa cote de crédit d’une agence à l’autre, et les répercussions négatives qui en résultent sur son économie, qui traverse des moments difficiles après une série de crises économiques nationales et mondiales. Cela a provoqué la colère du gouvernement égyptien en raison des pressions que ces rapports font peser sur l’économie, le dernier de ces rapports était que Moody’s avait placé la notation de la dette souveraine à long terme de l’Égypte en devises étrangères et locales sous examen, en préparation de la dégradation de la notation.

Ce rapport – qui revient à tirer la sonnette d’alarme – intervient quelques jours après que Fitch Ratings a abaissé d’un cran la note de l’Egypte pour la première fois depuis 2013, quelles sont les implications d’une baisse de la cote de crédit de l’Égypte ?

L’évaluation de Moody’s s’est répercutée directement et rapidement sur les obligations libellées en dollars égyptiens et a entraîné une baisse sans précédent, selon Bloomberg, qui a confirmé que les obligations en difficulté de l’Égypte menaçaient de dégrader sa note, selon des économistes qui se sont entretenus avec la presse, la dégradation de la cote de crédit affecte directement la solvabilité de l’Égypte et sa capacité à rembourser ses dettes, et réduit son attractivité en matière d’investissement pour attirer l’argent des investisseurs, en particulier dans les titres de créance tels que les obligations et les bons du Trésor, la réévaluation négative de la notation augmente également le coût d’assurance de ses dettes, réduit la valeur de ses obligations souveraines en raison des risques élevés et de son incapacité à émettre de nouvelles obligations, et sape la confiance dans la valeur de la monnaie locale, et le recours aux réserves de trésorerie.

  Financial Times : la Chine entend inviter les BRICS à devenir un concurrent économique du G7

L’économiste Ibrahim Nawar a déclaré que toutes les institutions internationales de notation de crédit s’accordent désormais sur la note négative de l’Égypte, ce qui reflète le manque de confiance dans la politique gouvernementale, le coût élevé de la dette extérieure et l’exposition du système bancaire local à de graves risques.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top