Economie

Libéria : la Banque mondiale suspend l’accès aux « prêts non retirés »

Libéria : la Banque mondiale suspend l'accès aux « prêts non retirés »

La Banque mondiale a suspendu son accès aux « prêts non retirés » au Libéria après que le pays ait manqué de 60 jours sur ses remboursements sous l’administration du président sortant George Weah, la décision de suspendre l’accès a été communiquée dans une lettre adressée le 15 novembre au ministre libérien des Finances, Samuel Tweah, par le vice-président de la région Afrique occidentale et centrale à la Banque mondiale, Ousmane Diagana.

Cette suspension intervient alors que le Libéria inaugure une nouvelle administration dirigée par Joseph Boakai à la suite des élections présidentielles du 10 octobre, le droit du pays de se retirer des prêts décaissés et des dons spécifiques du Fonds fiduciaire est désormais temporairement suspendu jusqu’à ce que la dette envers la Banque soit remboursée, pour la nouvelle administration, la suspension aura un impact sérieux sur la capacité du Libéria à emprunter auprès d’autres prêteurs et obligera les nouveaux dirigeants à négocier le calendrier de remboursement avec la Banque mondiale, alors que la Banque mondiale affirme que l’économie du Libéria a connu une croissance de 4,8 % en 2022, la situation budgétaire du pays s’est détériorée, son déficit étant estimé à 5,6 % du PIB en 2022, contre 2,4 % en 2021.

Il ajoute qu’avec un ratio dette/PIB de 53,4, la nation ouest-africaine est exposée à « un risque modéré de surendettement extérieur et un risque élevé de surendettement global », l’économie libérienne, axée sur l’agriculture et l’exploitation minière, devrait connaître une croissance de 4,5 % en 2023.

 

  La Banque centrale des États de l'Afrique centrale envisage de lancer une monnaie numérique
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top