Economie

La BAD lance dix idées pour renforcer l’intégration régionale et le développement en Afrique

La BAD lance dix idées pour renforcer l’intégration régionale et le développement en Afrique

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a lancé à Nairobi dix idées innovantes pour promouvoir l’intégration régionale et le développement en Afrique.

Les dix idées avancées par Adesina sont les suivantes : renforcer le soutien au Secrétariat exécutif de la Zone de libre-échange continentale africaine, développer les corridors régionaux (routes et chemins de fer) essentiels à l’intégration régionale et à la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine, et développer les lignes de transport d’électricité ainsi que la production d’énergie. A ce niveau, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement se sont engagées à fournir de l’électricité à environ 300 millions de personnes d’ici 2030, soit la moitié de celles qui en sont actuellement dépourvues. La Banque africaine de développement s’appuie également sur son ambitieux programme « Le désert comme source d’énergie » pour fournir de l’électricité solaire à 250 millions de personnes supplémentaires.

En plus de soutenir les jeunes en créant des opportunités d’emploi grâce au développement des secteurs manufacturier et agricole, qui sont les principaux pourvoyeurs d’emplois, Adesina a recommandé, comme cinquième voie, le développement de l’économie numérique, y compris l’intelligence artificielle et la création de centres de données (centres de stockage de données numériques), ainsi que le développement de zones industrielles. Des projets agricoles spéciaux pour exploiter l’énorme potentiel agricole du continent, qui est le sixième pilier de sa vision, le septième axe concerne le développement du secteur manufacturier par la création de valeur ajoutée à travers les industries manufacturières. La huitième recommandation concerne le développement des paiements numériques et l’investissement dans les technologies financières. Enfin, il recommande de développer le marché des capitaux et de créer un véritable marché aérien pour réduire les coûts élevés au niveau africain et promouvoir l’intégration régionale.

  La Libye réalise des bénéfices de plus de 21,5 milliards de dollars grâce aux exportations de pétrole en 2021

Adesina a souligné qu’il n’y a pas de développement sans sécurité. C’est pourquoi la Banque, en coopération avec la Commission de l’Union africaine, prépare des instruments de financement pour promouvoir la paix et renforcer la sécurité. La Banque entend investir dans la reconstruction des infrastructures sociales et économiques (écoles, barrages et routes), détruites pendant les conflits, ainsi que dans l’éducation, la santé et le renforcement des capacités et des institutions de sécurité.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top