Economie

Perspectives mitigées pour l’exploitation minière africaine alors que la pandémie se propage plus

Perspectives mitigées pour l'exploitation minière africaine alors que la pandémie se propage plus

La pandémie de Covid-19 a dévasté l’économie mondiale en 2020, mais les prix internationaux des matières premières minières ont été étonnamment résistants. Cela s’explique en grande partie par la vigueur de l’économie chinoise, qui continue de consommer du charbon, du minerai de fer, de la bauxite et d’autres produits de base. Bien que le coronavirus ait ses origines en Chine, le pays s’est remarquablement bien rétabli, enregistrant une augmentation de 7% de la production industrielle de l’année à fin novembre.

Les prix des produits de base ont également résisté parce que le développement de vaccins est porteur de la promesse d’une éventuelle reprise de la pandémie et en raison de l’espoir que l’administration Biden forgera des relations commerciales plus stables entre Washington, la Chine et le reste du monde.

Comme toujours, des facteurs spécifiques ont influencé le prix de chaque produit, la baisse des exportations de cuivre du Pérou entraînant des prix du cuivre plus élevés début janvier qu’à tout autre moment depuis 2013, ce qui a donné un coup de pouce aux principaux producteurs africains, la Zambie et la République démocratique du Congo. Prenant note de cette opportunité, le gouvernement zambien a acheté une participation majoritaire dans Mopani Copper Mine pour 1,5 milliard de dollars à Glencore et cherche un nouveau partenaire financier d’ici la fin de l’année. La filiale d’investissement minier zambien ZCCM-IH était en pourparlers pour acheter la participation dans Mopani depuis août. La mine n’est pas rentable depuis des années, mais elle est considérée comme un employeur clé par le gouvernement.

  La Banque mondiale et l'AFD unissent leurs efforts pour renforcer les capacités de résilience aux catastrophes de la Tunisie

Alors que les prix du cuivre ont résisté, la demande mondiale de charbon aurait chuté d’environ 5% en 2020 en raison de la pandémie, de nombreuses centrales électriques étant bloquées dans un contexte de baisse de la demande d’électricité. Cela a eu peu d’impact sur les exportations sud-africaines, qui avaient déjà stagné ces dernières années, atteignant 72 millions de tonnes l’année dernière. Néanmoins, le charbon sud-africain a reçu un coup de pouce inattendu à la suite de la décision de Pékin de bloquer la plupart des importations de charbon australien à partir d’octobre après que Canberra ait lancé des appels à une enquête internationale sur les origines du Covid-19.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top