Economie

Fonds monétaire international: la Zambie parle de progrès

Fonds monétaire international: la Zambie parle de progrès

Les négociations de la Zambie avec le Fonds monétaire international progressent. Ce pays d’Afrique australe sollicite un soutien au titre de la facilité élargie de crédit du FMI. Plus de 3 milliards de dollars de dette euro-obligations et 3 milliards de dollars supplémentaires dus à la Chine. Ce ne sont là que quelques-uns des défis en jeu alors que les deux parties sont prêtes pour d’autres pourparlers dans les semaines à venir.

Le FMI souhaite que la Zambie se montre claire sur sa dette et mette en œuvre des mesures d’austérité. Le producteur de cuivre d’Afrique australe est devenu le premier défaut souverain du continent à l’époque de la pandémie après avoir manqué un paiement de coupon sur une obligation en dollars en novembre.

Le FMI a déclaré que des travaux visant à mettre en œuvre des réformes fiscales pour corriger les déséquilibres budgétaires importants, augmenter les revenus et améliorer la gouvernance étaient encore nécessaires. Cependant, dans une déclaration distincte jeudi, le ministre zambien des Finances, Bwalya Ng’andu, a déclaré que son gouvernement s’était engagé à garantir un programme du FMI.

Les créanciers se sont félicités de l’annonce, mais étaient prudents quant à la vitesse des progrès à venir.

Au cours de plus de trois semaines de pourparlers, le FMI a déclaré que les discussions portaient sur les développements économiques récents, les défis macroéconomiques à court terme et les options politiques pour ramener la Zambie à une position macroéconomique durable à moyen terme.

L’endettement de la Zambie était considéré comme insoutenable avant même la pandémie. Cette dette comprend environ 3 milliards de dollars d’Eurobonds en circulation et 3 milliards de dollars supplémentaires dus à la Chine et aux entités chinoises. Les tensions entre ces deux groupes de créanciers ont jusqu’à présent freiné les tentatives de restructuration de la dette de la Zambie.

  Les nations africaines sont invitées à adopter des solutions numériques pour se remettre économiquement du COVID-19

L’économiste basé à Lusaka, Chibamba Kanyama, a déclaré que: «  Les progrès eux-mêmes seront beaucoup, beaucoup plus clairs après que l’équipe technique du Fonds monétaire international ait aidé notre propre équipe ici à résoudre certains de ces problèmes, de sorte qu’il y ait beaucoup plus clarté sur les objectifs physiques réels que le gouvernement espère atteindre. Je suppose donc que l’information finale ne viendra qu’après les élections d’août».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top