Economie

Circulaire de la SEC sur la négociation de titres étrangers par les plates-formes d’investissement au Nigéria

Circulaire de la SEC sur la négociation de titres étrangers par les plates-formes d’investissement au Nigéria

Le principal organisme de réglementation des valeurs mobilières au Nigéria, la Securities and Exchange Commission («SEC») a publié une circulaire concernant les plates-formes d’investissement technologique permettant au public nigérian d’accéder aux valeurs étrangères. La circulaire du 8 avril 2021 lance un avertissement fort à ces plateformes d’investissement et aux opérateurs des marchés de capitaux («CMO») en partenariat avec eux pour fournir des services de courtage. Les deux catégories d’acteurs de l’espace financier ont été prévenues de s’abstenir de fournir au public nigérian un accès à des titres étrangers. Cela repose sur le fait que ces titres ne sont ni enregistrés auprès de la SEC ni cotés à la bourse nigériane («NSE»).

À partir de 2018, les start-ups technologiques ont été les pionnières de perturbations majeures de l’espace financier au Nigéria. Ces perturbations ont été saluées par les Nigérians, en particulier à un moment où il y a eu une dévaluation persistante du Naira. Les Nigérians avisés et mobiles vers le haut ont ensuite choisi d’utiliser ces plates-formes technologiques, pour épargner en devises étrangères et également acheter des actions étrangères qui sont proposées.

Certaines de ces plates-formes d’investissement technologique incluent Trove, RiseVest, Chaka et Bamboo, etc. Elles s’associent généralement avec des CMO au Nigéria pour leur expertise et leur licence de courtage déjà acquise.

Pour rappel, en décembre 2019, la SEC avait publié une déclaration pour informer le public nigérian de ses ordonnances provisoires de restreindre une plateforme d’investissement dénommée Chaka Technologies Limited («Chaka»). Cette commande résulte de la publicité et de la vente de titres étrangers de sociétés telles que Google, Alibaba, Facebook, Tesla etc. au Nigéria par Chaka. La SEC avait informé l’Investment Securities Tribunal («IST») que Chaka avait proposé des titres à la vente «en dehors de la compétence réglementaire de la Commission et sans enregistrement requis tel que stipulé par l’Investment and Securities Act (« ISA »).

  Incertitude sur le sort d'un accord d'armes américain au Nigeria

Chaka a répondu aux allégations ci-dessus en publiant un communiqué de presse, niant totalement l’acte répréhensible. Cependant, en mars, Chaka a annoncé avoir obtenu une licence nouvellement créée de la SEC qui lui permet d’offrir les services ci-dessus, à savoir la publicité et la vente de titres étrangers au public nigérian.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top