Politique

L’alliance de l’Éthiopie et de l’Érythrée menace de déstabiliser la région

L'alliance de l'Éthiopie et de l'Érythrée menace de déstabiliser la région

Le magazine américain Foreign Policy a mis en garde contre une nouvelle alliance tissée dans la Corne de l’Afrique entre le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed et le président érythréen Isaias Afwerki, considérant que cette alliance a de graves répercussions sur la stabilité de la région.

Le magazine a souligné que lorsque le sénateur américain Chris Coons s’est rendu dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, en mars dernier, pour rencontrer le Premier ministre Abiy Ahmed, la demande américaine la plus importante adressée à Abiy Ahmed était de diriger le retrait des forces érythréennes de la région du Tigré.

Après quatre mois à nier l’existence des Érythréens en Éthiopie, Abiy Ahmed a finalement reconnu son existence et a promis de travailler pour le retirer, mais cela ne se produira pas, selon le magazine américain, malgré les nombreux rapports indiquant que les forces érythréennes ont commis des atrocités au Tigré, et la continuation de ces atrocités. Sans relâche depuis la rencontre avec Abby et Koons.

Le magazine note que depuis la mi-avril, des éléments des forces éthiopiennes ont participé aux violentes batailles qui ont eu lieu sur trois fronts dans le centre du Tigré, soulignant que les forces érythréennes ont délibérément revêtu l’uniforme de leurs homologues éthiopiens afin de dissimuler leurs identités.

Malgré la tentative du gouvernement éthiopien de dissimuler toute information à la région, les organisations internationales de défense des droits humains ont méticuleusement documenté, selon le magazine, des cas de massacre, de viol, de destruction brutale et de pillage de villages, d’usines, de cliniques médicales, d’écoles et d’institutions gouvernementales et les banques.

  L'Érythrée reconnaît la présence de ses forces dans la province éthiopienne du Tigré

Le magazine a cité des sources sur le terrain confirmant que le régime érythréen avait surveillé au moins 10 divisions militaires sur le seul front de Tesdaia, le magazine a déclaré qu’Abi Ahmed était apparemment d’accord avec le dictateur érythréen Isaias Afewerki pour « semer le chaos dans la région », selon sa description, notant que les termes de l’accord entre les deux hommes ne sont pas connus publiquement, mais que ses répercussions sont devenues plus inquiétantes que jamais auparavant.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top