Politique

Le rôle de la boîte noire dans la lutte pour le pouvoir en Algérie

Le rôle de la boîte noire dans la lutte pour le pouvoir en Algérie

Depuis «l’élection» d’Abdelmadjid Tebboune à la tête du régime en Algérie, une sorte de restructuration du soi-disant État profond s’est produite et des changements ont pénétré le cercle intime du pouvoir non seulement à cause d’un président fantoche affilié à l’un des parties de  gouvernance, mais aussi à cause des autres conditions combinées qui lui ont été préparées, dont peut-être la plus importante est le manque de liquidités au trésorerie financière de l’État d’une manière sans précédent, en plus de l’absence des plus importants piliers du système par la mort ou le vieillissement des hauts dirigeants militaires.

 

L’actuel chef d’état-major, le général Chengriha, a travaillé pour réduire la tyrannie des services de renseignement au détriment de donner à l’armée des pouvoirs absolus et de créer un entourage et des loyautés de la part des hauts militaires et d’autres pour créer des équilibres urgents, mais il n’aurait pas réussi à gérer l’héritage des années de conflit sur les biens de l’Algérie et permettre à son environnement de produire une nouvelle classe de luxe et des riches et interférant dans les affaires des hauts commandants de l’armée s’il n’avait pas pu, dans une certaine mesure, investir l’énorme argent provenant des importations de drogue et la vente d’armes, ou la soi-disant «boîte noire» dans le sens où il a confronté des groupes influents avec leur arme mortelle, qui est l’argent.

 

Et en cela il a été très généreux, brillant et chanceux avec la montée des conflits et des problèmes en Libye, Mali et Tchad, surtout qu’il n’était responsable devant aucune institution ou agence de sa gestion des revenus de la drogue et des armes fictives, par conséquent, l’abondance financière peut être considérée comme le véritable pouvoir du dirigeant dans la gestion des équilibres internes sans être contestée ou stoppé.

  L'Algérie est une république de corruption au royaume des généraux

 

En plus du budget général de l’État, en particulier ce qui est lié au «fonds pétrolier ou la boîte noir», qui sont maintenant sous la supervision du chef d’état-major, le général Chengriha, où les exportations d’hydrocarbures et de drogues sont l’arme la plus efficace,  opaque et décisive dans la lutte pour les positions, l’influence et le contrôle et dans la bataille de l’alignement et le gain de loyauté.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top