Politique

Barrage de la Renaissance: le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi déclare que les négociations nécessitent patience et délibération

Barrage de la Renaissance: le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi déclare que les négociations nécessitent patience et délibération

Le président égyptien, Abdel Fattah El-Sissi, a appelé son peuple à ne pas hâter les résultats et à ne pas faire confiance à la capacité de son pays en ce qui concerne la question du barrage de la Renaissance, ajoutant que le chemin des négociations exige de la patience et de la délibération, comme il l’a dit, Al-Sissi a souligné que son pays ne négligerait pas ses droits sur l’eau, expliquant que l’Égypte poursuivait le processus de négociation, qu’il a qualifié de « ardu ».

Al-Sissi a ajouté, lors d’un discours en marge de l’ouverture d’un certain nombre de projets dans le canal de Suez aujourd’hui, que sa réception de l’envoyé des États-Unis dans la Corne de l’Afrique et du président de l’Union africaine ces derniers jours intervient dans le cadre des efforts visant à parvenir à une solution négociée, l’Égypte et le Soudan ont annoncé l’échec du dernier cycle de négociations qui a eu lieu à «Kinshasa», la capitale de la République démocratique du Congo, sur le barrage de Renaissance.

L’Éthiopie a ouvert les portes supérieures du barrage Renaissance, dans le but de réduire l’eau dans le lac du barrage, en vue des opérations de coulage du béton et d’élever le barrage à un nouveau niveau, permettant le début du deuxième processus de remplissage du lac dans le les deux prochains mois, le ministre égyptien des ressources en eau, Mohamed Abdel-Ati, a déclaré la semaine dernière que le Caire avait proposé «15 scénarios différents pour le remplissage et l’exploitation du barrage de la Renaissance» au cours des dernières années, d’une manière qui répond aux exigences éthiopiennes et sans causer de préjudice tangible à Cependant, la partie éthiopienne « a rejeté toutes ces propositions ».

  Une délégation européenne en Éthiopie pour reprendre les négociations sur le barrage de la Renaissance

Il a tenu Abdel-Aty pour responsable de ce qu’il a qualifié d ‘«intransigeance éthiopienne» et des mesures unilatérales prises par Addis-Abeba, et les a considérées comme la raison de l’échec à conclure jusqu’à présent un accord sur le barrage de la Renaissance.

Abdel-Ati a souligné que « le volume d’eau de pluie en Éthiopie dépasse 935 milliards de mètres cubes par an, et que 94 pour cent des terres éthiopiennes sont vertes, tandis que le pourcentage de terres vertes en Égypte ne dépasse pas 6 pour cent seulement ».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top