Politique

L’USA a refusé de créer un bureau d’appui de l’ONU dans les pays du Sahel

L’USA a refusé de créer un bureau d'appui de l'ONU dans les pays du Sahel

Les États-Unis ont rejeté la demande du G5 Sahel, avec l’appui de la France, de créer un «bureau d’appui des Nations Unies chargé de fournir» à cette unité multinationale «un appui logistique, opérationnel, tactique et stratégique», l’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré lors d’une session virtuelle du Conseil de sécurité que Washington « est un partenaire du Groupe des États du Sahel dans la région, fournissant des équipements, des formations et des conseils pour combler les lacunes sensibles dans le capacités de cette force sur une base bilatérale depuis 2017 ».

Le diplomate américain a ajouté que Washington «a alloué plus de 580 millions de dollars d’aide à la sécurité et d’autres formes de soutien contre l’extrémisme violent dans les pays du G5», et c’est la «bonne approche». Mais nous «pensons que le Fonds des opérations de paix de l’ONU ne sont pas une source viable de financement pour la force conjointe. »Et lui accorder un mandat en vertu du chapitre VII de la charte« n’est ni approprié ni optimal pour l’aider à accomplir sa mission ».

Le commandant militaire du Groupe des cinq pays du Sahel, le général Umaru Namata, et le ministre des Affaires étrangères Echadi Omar bin Daoud avaient appelé à la création d’un « bureau d’appui » financé par le budget des opérations de paix de l’ONU, le général Namata a souligné qu ‘ »il est important de rappeler la nécessité de trouver un moyen de poursuivre le système de financement de la force conjointe au Sahel », ajoutant que « la solution la plus permanente est de créer un bureau d’appui des Nations Unies (… ) à financer par des contributions légales ou volontaires ».

  Union africaine : Nous cherchons à trouver une issue qui ouvrira la voie à des élections au Soudan

Le ministre des Affaires étrangères Echadi, qui, comme le Niger, a demandé la création de ce bureau, a affirmé qu’il devrait être « financé par les contributions obligatoires des Etats membres », exprimant son regret que l’aide des partenaires internationaux soit désormais « irrégulière ».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top