Politique

Le Soudan est prêt à un accord intérimaire conditionnel sur le barrage de la Renaissance

Le Soudan est prêt à un accord intérimaire conditionnel sur le barrage de la Renaissance

Le ministre soudanais de l’irrigation, Yasser Abbas, a déclaré que le Soudan était prêt à conclure un « accord intérimaire » avec l’Éthiopie concernant le barrage de la Renaissance, qu’il est en train de construire, à des conditions garantissant la poursuite des négociations, Abbas a déclaré lors d’une conférence de presse tenue à Khartoum : « En raison du manque de temps, le Soudan accepte l’accord intérimaire selon les conditions suivantes :

Tout d’abord, signez tout ce qui a été convenu jusqu’à présent, deuxièmement, il devrait y avoir une garantie pour la continuité des négociations après la première étape, et cette négociation devrait se faire selon un calendrier précis, depuis 2011, l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie négocient un accord sur le remplissage et l’exploitation du barrage Renaissance qu’Addis-Abeba est en train de construire pour devenir la plus grande source d’énergie hydroélectrique en Afrique, avec une capacité prévue de 6 500 mégawatts.

Bien que l’Égypte et le Soudan aient exhorté l’Éthiopie à reporter ses projets de remplissage du réservoir du barrage jusqu’à ce qu’un accord global soit conclu, Addis-Abeba a annoncé le 21 juillet 2020 qu’elle avait achevé la première phase de remplissage du réservoir d’une capacité de 4,9 milliards de mètres cubes, ce qui permet de tester les deux premières pompes du barrage, l’Éthiopie affirme constamment son intention de mettre en œuvre la deuxième phase de remplissage du lac de barrage en juillet prochain.

L’Egypte, dont les sources d’eau représentent 97% du Nil, considère le barrage comme une menace existentielle, tandis que Khartoum craint que le barrage éthiopien n’affecte le fonctionnement de ses barrages, Abbas a déclaré que les représentants des trois pays étaient « déjà parvenus à un consensus » sur la plupart des questions techniques, « mais ils n’ont pas réussi à parvenir à un accord contraignant », il a noté qu' »il n’y a eu aucun développement » dans les pourparlers depuis les négociations parrainées par l’Union africaine à Kinshasa en avril.

  KfW signe un accord de financement de 49 millions d'euros pour décentraliser l'approvisionnement en électricité en Afrique subsaharienne
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top