Politique

Le chef de la mission de l’ONU met en garde contre un « tournant critique » au Mali

Le chef de la mission de l'ONU met en garde contre un "tournant critique" au Mali

Le chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a déclaré au Conseil de sécurité qu’une action immédiate était nécessaire maintenant pour engager des réformes décisives et jeter les bases d’élections crédibles au Mali, où la situation sécuritaire est toujours aussi préoccupante.

Le briefing du président de la MINUSMA et représentant de l’ONU au Mali, Kassem Wayne, à l’organe de 15 membres vient via la technologie vidéo, dans la foulée du coup d’État du 24 mai dans ce pays enclavé d’Afrique de l’Ouest – le deuxième en neuf mois – qui a jeté une ombre sur les efforts pour restaurer un gouvernement démocratique élu, M. Wayne a déclaré qu’une approche globale, un leadership budgétaire fort et un règlement politique sont tous des éléments essentiels au succès des réformes, ainsi que le soutien indéfectible des partenaires internationaux tels que l’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO ).

« Le Mali traverse une phase critique et nous ne pouvons pas le laisser sombrer dans une nouvelle instabilité, avec des conséquences désastreuses pour la sous-région et au-delà », a déclaré le président de la MINUSMA aux membres du conseil, le chef du gouvernement de transition et son premier ministre, le colonel Asimi Guetta et Chogel Maiga, ont déclaré qu’ils respecteraient le calendrier de transition prévoyant des élections d’ici février 2022 et qu’ils ne seraient pas candidats, «Ces engagements doivent maintenant se traduire par des actions urgentes et concrètes, qui nécessitent une contribution constructive de tous les acteurs financiers », a déclaré le chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

  Tunisie… Un million et demi de vaccinations contre Corona, et les indications d'infection sont en baisse

À cet égard, il a souligné que le soutien à la MINUSMA resterait essentiel. S’agissant de la situation sécuritaire, il a déclaré qu’elle reste une source de grande préoccupation dans le nord et le centre du pays, et qu’elle a des effets dévastateurs sur la vie quotidienne des civils.

Il a déclaré que le nombre de personnes déplacées maliennes est déjà plus élevé qu’au plus fort de la crise en juin 2013, avec de nombreuses personnes vivant dans des conditions extrêmement difficiles.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top