Politique

ONU: le conflit dans le nord-est du Nigeria a fait 324 000 enfants tués

ONU: le conflit dans le nord-est du Nigeria a fait 324 000 enfants tués

L’ONU a rapporté jeudi que le conflit de 12 ans entre l’armée nigériane et des groupes djihadistes dans le nord-est du pays a fait, directement ou indirectement, la mort de près de 350 000 personnes, dont 324 000 enfants, « Nous estimons qu’à la fin de 2020, le conflit a fait 350 000 morts, dont 314 000 de causes indirectes », indique un rapport intitulé « Une enquête sur les implications du conflit pour le développement dans le nord-est du Nigeria » publié jeudi.

« Nous estimons que 90% des victimes de ce conflit, soit 324.000, sont des enfants de moins de cinq ans », ajoute le communiqué, selon les chiffres rapportés régulièrement par les instances internationales, plus de 40 000 personnes ont été tuées dans des affrontements au cours des 12 années de ce conflit sanglant et plus de deux millions ont été contraintes de quitter leurs foyers, le rapport prévient que l’insécurité, une menace persistante pour la sécurité alimentaire, en plus des conditions économiques et sanitaires catastrophiques dans les camps de déplacés, qui manquent d’infrastructures telles que l’eau ou les services de soins, pourrait tuer plus de 1,1 million de personnes supplémentaires au cours des 10 prochaines années.

Dans le nord-est du Nigeria, les Nations Unies estiment que 13,1 millions de personnes vivent dans des zones touchées par des conflits (États de Borno, Adamawa et Yobe), dont 5,3 millions qui souffrent d’insécurité alimentaire et ont besoin d’aide pour survivre, le président nigérian Muhammadu Buhari est arrivé au pouvoir en 2015 avec la promesse de mettre fin à l’insurrection de Boko Haram. Le président est critiqué pour sa gestion de la sécurité dans ce pays géant de 200 millions d’habitants et sujet à de nombreux conflits.

  Le Burkina Faso prolonge la durée du couvre feu dans l’est du pays à 90 jours

L’État islamique d’Afrique de l’Ouest, qui s’est séparé de Boko Haram en 2016, contrôle actuellement de vastes territoires autour de la région du lac Tchad, où les résidents vivent sans accès aux services de l’État ou aux agences humanitaires internationales.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top