Politique

Après le deuxième remplissage du barrage de la Renaissance, le Soudan encourra un coût économique élevé et l’Éthiopie ne signera pas d’accord final

Après le deuxième remplissage du barrage de la Renaissance, le Soudan encourra un coût économique élevé et l'Éthiopie ne signera pas d'accord final

Le gouvernement soudanais a confirmé qu’il encourait un coût économique élevé pour faire face aux éventuelles répercussions du deuxième processus de mobilisation du barrage de la Renaissance, tandis que l’Éthiopie a déclaré qu’elle ne pouvait pas signer d’accord final car ce concept n’existe pas dans le monde, une source officielle du gouvernement soudanais a souligné que son pays n’était pas prêt à supporter ce coût à l’avenir.

La source a déclaré que le Soudan ne s’oppose pas à la reprise des négociations, à condition qu’elles soient dans une nouvelle méthodologie et dans un délai précis, avec la nécessité d’élargir le cercle de médiation pour inclure les parties internationales, le responsable soudanais a souligné que s’il y a une volonté politique suffisante, seulement 6 mois suffisent pour parvenir à un accord, ajoutant qu’ils considèrent l’annonce par l’Éthiopie de l’achèvement du deuxième processus de remplissage selon ce qui est prévu comme une simple déclaration politique adressée à l’Éthiopie.

Il a déclaré que leurs estimations de l’eau saisie au cours de ce processus se situent entre 3 et 4 milliards de mètres cubes, et non 13,5 milliards de mètres cubes comme l’Éthiopie l’avait prévu, il a souligné que le Soudan ne ménagera aucun effort pour parvenir à un accord juridique global et contraignant qui garantit une circulation fluide et opportune des informations sur le remplissage et l’exploitation du barrage, prend en compte les intérêts de tous et permet à l’Éthiopie de bénéficier du barrage, il a également souligné que la position soudanaise est basée sur des données techniques et l’intérêt national du pays.

Pour sa part, la porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Dina Mufti, a souligné qu’il n’est pas possible de signer un accord définitif, car il n’y a pas d’accord juridique global et définitif dans le monde, comme il l’a dit.

  NCC et NigComSat signent un protocole d'accord sur le spectre 5G au Nigéria
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top