Politique

Guterres condamne fermement le meurtre de civils au Niger

Guterres condamne fermement le meurtre de civils au Niger

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a fermement condamné mercredi l’attaque lancée par des hommes armés non identifiés contre des civils dans le district de Tillaberi de la province de Banibango, dans l’ouest du Niger, il y a deux jours, qui a fait des dizaines de morts, cela est arrivé lors d’une conférence de presse tenue par Stéphane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général, au siège permanent de l’organisation à New York, commentant le meurtre de 37 personnes, dont des femmes et des enfants, lundi, lors d’une attaque armée visant un village de la région de Tillabéri, selon des informations locales.

Dujarric a déclaré que le secrétaire général présentait ses plus sincères condoléances aux familles des victimes, et a exprimé sa « grave préoccupation face à l’impact cumulatif de ces attaques répétées sur la situation humanitaire dans la région de Tillabéri », il a souligné que « plus de 100 000 personnes ont été déplacées de cette région et plus de 520 000 autres ont besoin d’une aide humanitaire à la suite des attaques ».

Il a ajouté : « Le Secrétaire général a appelé les autorités à ne ménager aucun effort pour identifier les auteurs et les traduire rapidement en justice.

Guterres a également réitéré, selon le porte-parole, l’engagement des Nations unies à « continuer à soutenir le Niger dans ses efforts pour combattre et prévenir le terrorisme et l’extrémisme violent, promouvoir la cohésion sociale et parvenir à un développement durable », et mardi, l’organisation Urgence Tillaberi a indiqué que le village de Dari-Day dans la région de Tillaberi a été attaqué lundi par des hommes armés à moto, tuant 37 personnes, dont quatre femmes et 13 enfants, aucune partie n’a revendiqué l’attentat, mais la région de Tillabéri, située dans le « triangle frontalier » entre le Niger, le Burkina Faso et le Mali, est le théâtre depuis des années d’attaques sanglantes de groupes extrémistes liés à « Al-Qaida » et « ISIS ».

  Des acquis démocratiques fragiles sont menacés dans les pays d'Afrique centrale à cause des groupes armés
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top