Politique

La France appelle la junte militaire malienne à « respecter ses engagements »

La France appelle la junte militaire malienne à "respecter ses engagements"

Un conseiller du président français Emmanuel Macron a déclaré que Paris espère que la junte militaire au pouvoir au Mali « clarifiera les choses » et respectera ses engagements sur la transition politique et la lutte contre le terrorisme, Paris a fermement rejeté lundi dernier les accusations « inacceptables » et « inappropriées » d' »abandon » du pays africain, portées par le Premier ministre malien lors de son discours à l’Assemblée générale des Nations unies.

Le conseiller de Macron a déclaré : « Il y a encore de la place pour des éclaircissements et nous voulons que les Maliens s’abstiennent de recourir aux services d’une milice. La Centrafrique et la Libye le chaos qu’elles peuvent provoquer, la déclaration du conseiller fait référence aux discussions que les dirigeants militaires ont entamées il y a des semaines avec la société paramilitaire privée « Wagner », qui serait proche du Kremlin, « Nous avons été informés d’un certain nombre de contacts » entre les deux parties, a indiqué l’Elysée, ajoutant : « Nous pensons que les Maliens peuvent encore prendre la bonne décision ».

La présidence a ajouté que « l’alternative est claire pour nous, il y a une question de confiance sur la table », soulignant que le recours aux mercenaires « ne sera pas compatible » avec la poursuite de la mission des forces internationales participant à la lutte contre les extrémistes, à l’instar de la position de la ministre de la Défense Florence Parly lundi, l’Elysée a qualifié d' »inacceptables » les déclarations faites samedi par le Premier ministre malien Chogoel Koukala Maiga aux Nations unies, dans lesquelles l’annonce de Macron en juin de réorganiser la présence militaire française à Le Mali était « une sorte d’abandon (à ce sujet) au milieu de la route.

  Tunisie... La Commission électorale affirme son indépendance et appelle à manifester demain pour soutenir les mesures de Saïed

Maiga a ajouté que cela a incité Bamako à « explorer les voies et moyens d’assurer une sécurité meilleure et indépendante avec d’autres partenaires », Paris s’est engagé en juin à réorganiser sa présence militaire dans la région du Sahel, notamment en quittant les bases situées dans l’extrême nord du Mali (Kidal, Tombouctou et Tessalit) et en prévoyant de réduire le nombre de ses forces dans la région d’ici 2023 à entre 2 500. et 3 000 éléments, contre plus de 5 000 actuellement.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top