Politique

Manifestations en République démocratique du Congo contre la sélection d’un nouveau chef de la commission électorale

Manifestations en République démocratique du Congo contre la sélection d'un nouveau chef de la commission électorale

La police de la République démocratique du Congo a utilisé des gaz lacrymogènes pour briser les affrontements entre les partisans du président actuel et un chef de l’opposition alors que les législateurs ont choisi un nouveau chef de la commission électorale, environ dix mille partisans du leader de l’opposition Fayulu ont manifesté dans les rues de Kinshasa pour protester contre plusieurs problèmes, notamment l’accusation selon laquelle les politiciens auraient influencé le processus de sélection pour la direction de la Commission électorale indépendante, des témoins de Reuters ont déclaré que la police avait tiré des gaz lacrymogènes pour briser les affrontements entre les partisans de Fayulu et les partisans du président Tshisekedi qui ont lancé des cocktails Molotov sur les manifestants.

L’Assemblée nationale a choisi Denis Kadima, un expert électoral chevronné, pour diriger la Commission électorale nationale indépendante, qui a été critiquée par des analystes politiques et des diplomates pour son rôle dans les élections contestées de 2018 qui ont abouti à la victoire de Félix Tshisekedi qui devrait briguer un second mandat lorsque les électeurs congolais reviendront aux urnes en 2023, et la Commission électorale devrait à nouveau jouer un rôle central, « L’expérience électorale (de Kadima) ne fait aucun doute », a déclaré Tresor Kibangula du Congo Research Group de l’Université de New York, « mais le fait que des proches du président Félix Tshisekedi aient poussé sa candidature en coulisses a rapidement fait douter de l’étendue de son indépendance ».

Le chef de l’opposition Martin Fayulu et Tshisekedi ont conclu un accord électoral à l’approche des élections de 2018, mais Tshisekedi s’est finalement séparé pour former un autre groupe politique avant les élections, la Commission électorale a déclaré Tshisekedi vainqueur au milieu d’accusations généralisées de fraude, tandis que Fayulu est arrivé deuxième, malgré une victoire écrasante.

  Les rebelles rwandais tiennent les armées congolaise et rwandaise pour responsables du meurtre de l'ambassadeur italien

 

 

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top