Politique

Le président sud-africain s’engage à traquer les militants au Mozambique

Le président sud-africain s'engage à traquer les militants au Mozambique

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa s’est engagé à traquer les militants qui sèment la terreur depuis quatre ans dans la province voisine de Cabo Delgado, dans le nord-est du Mozambique, en marge du 35e anniversaire de la mort du premier président du Mozambique, Samora Machel, décédé en 1986 lorsque son avion s’est écrasé dans une région montagneuse d’Afrique du Sud à la frontière entre les deux pays, Ramaphosa a déclaré : « J’ai un message pour ces rebelles. Nous allons vous traquer.

« Nous veillerons à ce que le Mozambique devienne un pays où vous ne propagerez pas la violence », a-t-il ajouté lors de la cérémonie commémorative à laquelle a assisté son homologue mozambicain Filipe Nyusi, les seize États membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) ont décidé il y a deux semaines de prolonger sa mission aux côtés de l’armée mozambicaine dans la région, qui devait prendre fin le 15 octobre, la dernière attaque de ces forces régionales contre une base rebelle a tué 19 militants, dont un leader local, selon la SADC, début août, le port de Mocimboa da Praia a été repris aux militants qui le tenaient depuis un an.

Des groupes armés sèment la terreur depuis fin 2017 dans la province à majorité musulmane de Cabo Delgado, riche en gaz naturel, mais dont la population est dominée par la pauvreté, l’organisation non gouvernementale ACLID affirme que les violences ont fait plus de 3 300 morts, pour la plupart des civils, tandis que les Nations unies confirment que plus de 800 000 personnes ont été contraintes de quitter leur domicile.

  L'Égypte exprime son intérêt à reprendre les négociations sur le barrage de la Renaissance dès que possible
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top