Politique

La loi de la jungle en Algérie, qui va empêcher les généraux de toucher aux droits humains

La loi de la jungle en Algérie, qui va empêcher les généraux de toucher aux droits humains

Aujourd’hui en Algérie, il y a un état de tension entre le peuple et les dirigeants de l’Algérie, les généraux savent que les causes des protestations sont les conditions misérables dans lesquelles vit le peuple algérien, et que les manifestants sont descendus dans les rues avec leur propres garé pour revendiquer leurs droits économiques et sociaux opprimés et ne sont pas sortis à la suite de l’incitation de puissances étrangères…

C’est pourquoi les généraux tentent de cacher leur incapacité à gérer un certain nombre de dossiers, alors ils font recours à la théorie du complot contre l’Algérie et les mains étrangères qui manigance contre le pays et ce vieux disque rayé, alors que le responsable de la situation est le régime militaire au pouvoir en Algérie.

En effet, et à titre d’exemple, le ministre de l’Intérieur se rend compte que c’est son ministère qui enfreint la loi et menace la stabilité avec la politique injuste de répression et d’embargo et son ministère est à l’origine d’un certain nombre de violations liées à la liberté d’expression et au droit de rassemblement pacifique et de manifestation, et il sait qu’il existe de nombreuses décisions judiciaires condamnant son ministère dans ce domaine, néanmoins, le peuple libre est accusé de semer le chaos et la discorde en Algérie.

Quel chaos est plus grand que le chaos de la violation systématique des lois, des atteintes aux libertés et du mépris des décisions judiciaires ?

Aujourd’hui, l’Algérie grandit de jour en jour dans la forte présence de la sécurité et la domination des services de sécurité dans  tout domaines, et c’est le plus dangereux, car l’Algérie se compare aujourd’hui aux pays qui connaissent des guerres civiles et des crimes contre l’humanité, et cela condamne le silence de la communauté internationale sur l’approche autoritaire dans laquelle s’engage l’Algérie.

  Bureau des droits de l'homme : La suspension de deux grands médias au Mali reflète l'intolérance croissante dans la région
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top