Politique

Al-Burhan : Hamdok est avec moi à la maison et nous avons décidé d’enterrer les conflits

Al-Burhan : Hamdok est avec moi à la maison et nous avons décidé d'enterrer les conflits

Le commandant des Forces armées soudanaises, le lieutenant-général Abdel Fattah Al-Burhan, a déclaré que l’armée s’était opposée au gouvernement civil pour « mettre fin à la sédition et empêcher l’éclatement du pays », accusant un groupe des Forces de la liberté et Changement de détournement de la scène politique et d’embouteillage du pays.Dans sa maison, il n’est ni détenu ni kidnappeur.

Al-Burhan a souligné – lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui mardi – l’intention des forces armées de compléter les structures judiciaires en une semaine, « qui sont la Cour constitutionnelle, le Conseil supérieur de la magistrature et le Conseil des poursuites pénales ». Il a dit qu’au cours de la dernière période, les partis ont travaillé pour promouvoir leurs intérêts personnels au détriment du pays, « On a vu du racisme et du régionalisme, au point qu’un des ministres a appelé les forces armées à se rebeller », a-t-il déclaré, le commandant de l’armée soudanaise a souligné que le pays se trouve dans une situation dangereuse et que la seule issue passe par l’unité et la cohésion. « Nous avons fait les concessions que nous pouvions », a-t-il ajouté, mais « l’initiative du Premier ministre a été détournée d’un certain groupe et d’autres, dont les forces armées, ont été exclues ».

Il a ajouté que les quotas sont entrés au Soudan « dans une phase de fragmentation politique, et la période de transition a connu toutes ses interactions jusqu’à ce qu’elle atteigne que les questions ont appelé à s’arrêter plus d’une fois avec le Premier ministre, et nous avons ressenti la présence d’hostilité et de ciblage de l’établissement militaire », il a accusé un groupe des Forces de la liberté et du changement d’avoir choisi la scène aux dépens d’autres forces, il a déclaré que l’armée n’avait pas bougé jusqu’à ce que l’affaire soit dans une impasse et qu’il y avait « une agitation évidente dans les forces armées et la peur d’une sortie aventureuse qui détournerait l’effort qui a été construit les années précédentes ».

  Le Soudan décide d'inclure les banques non islamiques dans le système bancaire
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top