Politique

Le début des élections à l’Assemblée du peuple en Somalie

Le début des élections à l'Assemblée du peuple en Somalie

En Somalie, les élections pour l’Assemblée du peuple au parlement somalien ont commencé lundi, sous haute surveillance, une brève déclaration du Premier ministre somalien Mohamed Hussein Robley a confirmé : « Je suis heureux aujourd’hui que nous ayons officiellement commencé les élections pour l’Assemblée du peuple somalien, environ 30 000 délégués des tribus choisissent 275 membres de l’Assemblée du peuple. Les élections en Somalie suivent un système complexe et indirect, dans lequel les législatures des États et les délégués des clans choisissent les représentants du parlement national, qui à leur tour élisent le président.

Les élections présidentielles ont été retardées de près d’un an en raison de différends politiques au sein du gouvernement, en plus des différends entre Mogadiscio et certains États, il est à noter que la querelle s’est envenimée entre le président Muhammad Abdullah Muhammad et son surnom « Farmajo » et son Premier ministre Muhammad Hussein Robley depuis septembre, ce qui fait craindre une nouvelle crise dans ce pays, confronté à la stagnation politique et à la rébellion, les récentes tensions entre les deux hommes tournent autour des limogeages et nominations dans l’appareil sécuritaire, après une enquête controversée de l’Agence nationale de sécurité et de renseignement (NESA) sur la disparition d’un de ses membres, Ikram Tahlil.

Le 5 septembre, Muhammad Robli a limogé le chef de la National Security and Intelligence Agency, Fahd Yassin, proche de Farmajo, jugeant l’enquête sur la disparition d’Ikram Tahlil « peu convaincante », notamment ses conclusions qui attribuaient l’affaire à Al-Shabab, mais le chef de l’État a annulé la décision et nommé un remplaçant de son choix après avoir fait de Fahd Yassin son conseiller à la sécurité nationale, les deux responsables ont poursuivi leur lutte pendant des semaines, aboutissant à l’annonce du président le 16 septembre qu’il retirait les pouvoirs exécutifs du Premier ministre, une décision qu’il a ensuite rejetée comme inconstitutionnelle.

  Tshisekedi exhorte les citoyens à se mobiliser pour la réussite des élections de 2023
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top