Politique

Le lancement du dialogue national au Tchad, avec une participation régionale et internationale

Le lancement du dialogue national au Tchad, avec une participation régionale et internationale

Le dialogue national global a été lancé samedi au Tchad, avec la participation de 1 400 représentants du gouvernement militaire, de la société civile, des partis d’opposition, des syndicats et des groupes armés, en plus de la présence de représentants d’organisations internationales et régionales et de représentants de certains pays africains des pays, le président de transition tchadien Mohamed Idriss Deby a déclaré lors de la séance d’ouverture que « ce dialogue national global constitue un moment décisif dans l’histoire » du pays, ajoutant qu’il « caractérisera de nouvelles manières de démarrer ».

Deby a souligné « la capacité du Tchadien à surmonter les différences et à penser au Tchad », notant que « les dénominateurs communs sont nombreux, importants et plus forts que les points de discorde », le président de transition a souligné « la nécessité de la paix, de la sécurité et de la stabilité, car rien ne justifie la guerre entre Tchadiens », soulignant que parler du « Tchad de demain, c’est simplement s’interroger sur nos actions individuelles et collectives et voir quels sont leurs effets sur la vie de notre pays », Mohamed Deby a appelé les participants à « mener une analyse approfondie de la conscience collective afin d’identifier la faille et de tirer les erreurs et les leçons qui ont empêché la pleine mise en œuvre des décisions prises en 1993 ».

Pour sa part, le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a déclaré que le Tchad « souffre depuis l’indépendance de l’injustice, de l’inégalité et de la corruption administrative », soulignant que « le moment est venu d’explorer de nouvelles pistes pour l’avenir » du pays, Moussa Faki a appelé les Tchadiens « à ne pas écouter ceux qui veulent diviser » le Tchad « en musulmans, chrétiens, bergers et agriculteurs », ajoutant que « le Tchad est pour tous et peut se construire ensemble par le dialogue et la paix », lors de l’ouverture du dialogue de 3 semaines, Ahmed Al-Misnad, le conseiller à la sécurité de l’émir de l’État du Qatar, qui a accueilli les négociations entre le gouvernement et les groupes armés tchadiens, et s’est conclu par la signature d’un accord conjoint, a déclaré que son pays soutient « la réconciliation nationale globale au Tchad, afin que le peuple tchadien jouisse de la sécurité et de la stabilité ».

  La vice-présidente américaine conclut une visite au Ghana et se rend en Tanzanie
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top