Politique

La commission électorale du Kenya révèle une tentative d’agression contre ses employés

La commission électorale du Kenya révèle une tentative d'agression contre ses employés

La commission électorale du Kenya a révélé qu’il y avait eu une tentative d’attaque contre ses employés qui préparaient des réponses aux pétitions pour les élections présidentielles, la Commission électorale et de délimitation indépendante (IEBC) a déclaré qu’un « groupe organisé d’idiots avec des armes primitives » a été repoussé par la sécurité au siège, neuf pétitions électorales, dont une du chef de l’opposition Raila Odinga, ont été soumises à la Cour suprême lundi et seront tranchées dans les 14 jours.

Le candidat présidentiel Raila Odinga a déposé une requête officielle pour contester les résultats des élections devant la Haute Cour du Kenya lundi, selon l’un des avocats d’Odinga, Daniel Manzo, Odinga dit qu’il a suffisamment de preuves dans la pétition pour prouver l’inconduite de la commission électorale après l’élection présidentielle du 9 août qui a abouti à une mince victoire du vice-président William Ruto. Les résultats de la Commission électorale indépendante indiquent que Ruto, 55 ans, a obtenu 50,49% des voix, contre 48,85% pour Odinga, c’est la cinquième fois qu’Odinga se présente et la troisième fois qu’il conteste sa défaite à l’élection présidentielle devant la Cour suprême, après avoir déposé une plainte après les dernières élections de 2013 et 2017.

« Nous avons une pétition solide et nous espérons qu’elle sera mise en œuvre », a déclaré lundi Manzo à CNN. « Nous demandons au tribunal de décider si la constitution a été suivie dans l’annonce des résultats présidentiels. Si ce n’est pas dans la constitution, c’est nul », a-t-il ajouté, la Cour suprême a 14 jours à compter de lundi pour entendre le cas d’Odinga et rendre une décision. Si les sept juges se prononcent en faveur d’Odinga, 77 ans, ils peuvent ordonner un recomptage des voix, organiser de nouvelles élections ou accorder à Odinga la présidence.

  Les experts mettent en garde contre la propagation croissante du paludisme en Afrique en raison du changement climatique
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top