Politique

Comité de l’ONU : le gouvernement éthiopien a commis des crimes contre l’humanité au Tigré

Comité de l'ONU : le gouvernement éthiopien a commis des crimes contre l'humanité au Tigré

Un groupe d’experts des droits de l’homme des Nations Unies représentant le Comité international d’experts sur la situation des droits de l’homme en Éthiopie a averti que les civils du nord de l’Éthiopie risquaient de commettre des crimes plus atroces alors que la reprise du conflit plonge à nouveau le pays dans la crise, l’avertissement est intervenu alors que la commission créée par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en décembre 2021 a publié un rapport concluant qu’il y avait des motifs raisonnables de croire que les parties au conflit avaient commis des crimes de guerre et des violations et abus des droits de l’homme depuis le déclenchement des hostilités en novembre 2020.

La Commission a déclaré qu’il existe des motifs raisonnables de croire que le gouvernement fédéral éthiopien et ses alliés ont commis des crimes contre l’humanité dans la région du Tigré, indiquant que certains d’entre eux se poursuivent, le rapport a mis en évidence ce que la commission a décrit comme la situation horrible au Tigré, déclarant : « Le gouvernement fédéral éthiopien et ses alliés ont privé environ 6 millions de personnes de l’accès aux services de base, notamment Internet, les télécommunications et les services bancaires, pendant plus d’un an. Le gouvernement fédéral et ses alliés ont également mis en place des restrictions d’accès strictes. » l’aide humanitaire au Tigré, laissant 90% de la population dans un besoin urgent d’assistance.

La présidente du comité, Carrie Betty Murungi, a déclaré qu’il existe des motifs raisonnables de croire que le gouvernement fédéral utilise la famine comme tactique et a appelé le gouvernement éthiopien à rétablir immédiatement les services de base et à garantir un accès humanitaire complet et sans restriction, le rapport indique qu’il existe des motifs raisonnables de croire que l’armée de l’air éthiopienne a commis des crimes de guerre lorsqu’elle a bombardé un camp de personnes déplacées à Dedebet avec un drone armé en janvier 2021, tuant environ 60 civils, dont de nombreux enfants, comme l’a identifié la commission. plus de 50 frappes aériennes menées depuis juin 2021. « Cela a touché des civils ou des biens de caractère civil et nécessite une enquête plus approfondie », a-t-elle déclaré.

  Ouattara : Nous n'avons pas l'intention de déstabiliser le Mali, et nous espérons une solution rapide à la tension
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top