Politique

Les Nations Unies appellent à renforcer les efforts pour mettre fin à la violence dans la région des Grands Lacs

Les Nations Unies appellent à renforcer les efforts pour mettre fin à la violence dans la région des Grands Lacs

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a souligné la nécessité d’efforts rapides et renforcés pour mettre fin au cycle chronique de la violence dans la région riche en ressources des Grands Lacs d’Afrique, à un moment où la République démocratique du Congo (RDC) souffre de graves souffrances humaines. violations des droits humains et violences sexuelles perpétrées par plus de 100 groupes armés.

C’est ce qu’il a dit lors de son discours devant le mécanisme régional de surveillance de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération en République démocratique du Congo, qui a tenu sa réunion à Bujumbura, au Burundi, « Il est temps de mettre fin à la violence », a ajouté le Secrétaire général. Il a noté que depuis la réémergence du groupe armé M23 en RDC en 2021, plus de 500 000 personnes ont fui les violences, ce qui a également suscité des inquiétudes quant à la situation sécuritaire actuelle « extrêmement préoccupante » dans la province de l’Ituri, « La crise actuelle montre qu’il reste beaucoup à faire », a averti Guterres, ajoutant que la violence en cours menace la stabilité dans toute la région des Grands Lacs qui comprend actuellement des pays : le Burundi, le Rwanda, l’Ouganda, la République démocratique du Congo et la Tanzanie, et est dominée par des conflits ethniques qui ont conduit à de terribles massacres mutuels entre ses parties, il a déclaré que l’accord-cadre, signé en 2013 à Addis-Abeba, « a suscité beaucoup d’espoirs » pour mettre fin à des décennies de violence, et a encouragé les efforts redoublés des pays signataires, l’Union africaine, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs et le Sud.

  William Ruto a prêté serment en tant que président du Kenya

Il a souligné la nécessité de concentrer les efforts désormais renforcés dans le cadre de l’accord-cadre sur la construction des bases d’un dialogue entre les parties pour identifier des solutions durables aux différends, mettre fin à l’impunité des auteurs de crimes transnationaux et promouvoir la paix de manière globale.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top