Politique

Nigeria – Libération d’étudiants enlevés il y a 12 jours

Nigeria - Libération d'étudiants enlevés il y a 12 jours

Les autorités nigérianes ont annoncé, samedi, la libération d’étudiants et d’enseignants d’un lycée public de l’Etat du « Niger », dans la ceinture centrale du Nigeria, 12 jours après leur enlèvement par un groupe armé.

Les étudiants libérés ont été reçus par le secrétaire du gouvernement de l’État, Ahmed Ibrahim Matan, et le chef du bureau du gouverneur, Haji Ibrahim Balrabi Kajara, lors de leur retour à Mina, la capitale de l’État, selon le journal local, Nigeria Tribune, les équipes médicales les attendaient également pour assurer leur sécurité.

Les forces de sécurité ont bouclé le bâtiment du gouvernement, où les étudiants ont été reçus, tout en procédant à un examen complet de l’ensemble du personnel et des véhicules.

Un parent de l’un des enfants kidnappés a déclaré: «Les étudiants et les enseignants ont été libérés aux premières heures de samedi d’un endroit inconnu autour de l’État de Kaduna (centre du Nigéria)».

Le 17 février, 27 étudiants, 3 enseignants et 12 membres de leur famille ont été enlevés après que des hommes armés ont pris d’assaut l’école secondaire gouvernementale «Kajara», qui abrite des centaines d’étudiants, l’un des étudiants est mort après que des hommes armés lui ont tiré dessus alors qu’il tentait de s’enfuir.

L’incident survient environ deux mois après l’enlèvement de plus de 300 élèves lors d’une attaque similaire contre l’école secondaire gouvernementale scientifique de «Kankara», dans l’État de «Katsina», au nord-ouest du pays, ville natale du président de Le Nigéria, Muhammad Bukhari et plus tard les étudiants détenus ont été libérés.

Depuis 2009, plus de 20 000 personnes sont mortes des suites des violences de masse perpétrées par l’organisation terroriste «Boko Haram» au Nigéria.

  Le président sénégalais est ouvert au dialogue malgré les fortes tensions

L’organisation a également lancé des attaques terroristes dans les pays voisins du pays, à savoir le Cameroun, le Tchad et le Niger depuis 2015, et au moins deux mille personnes ont perdu la vie à la suite des attaques de l’organisation dans le bassin du lac Tchad, en plus du déplacement de près de 3 millions de personnes.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top