Politique

70% des forces conjointes déployées au Darfour après le retrait de la «MINUAD»

70% des forces conjointes déployées au Darfour après le retrait de la «MINUAD»

Mardi, les autorités soudanaises ont annoncé l’achèvement du déploiement de 70% des forces conjointes dans les États du Darfour, dans l’ouest du pays, suite au retrait de la mission mixte des Nations Unies et de l’Union africaine «UNAMID».

Une déclaration publiée par le Conseil des ministres soudanais a déclaré que le Commandement des forces conjointes a informé le Mécanisme national pour la protection des civils (gouvernemental) de s’adresser aux gouverneurs des États pour fournir le quartier général des forces conjointes.

Selon la même source, le mécanisme a appelé à «préparer un plan d’information complet pour couvrir les activités du mécanisme et éclairer les parties prenantes et l’opinion publique locale et mondiale sur les tâches qu’il accomplit dans le cadre de la responsabilité du gouvernement de protéger ses citoyens ».

Le mécanisme a décidé de «se rendre dans les États du Nord, du Centre et du Sud du Darfour pour examiner la situation sur le terrain».

Le 31 décembre, la MINUAD a officiellement arrêté sa mission au Soudan, plus de 13 ans après sa création, en raison d’un conflit entre les forces gouvernementales et les mouvements armés qui a tué environ 300 000 personnes et déplacé 2,5 millions d’autres.

Le 29 août, le gouvernement soudanais et le Front révolutionnaire (mouvements armés) ont signé, sur la voie du Darfour, le protocole sur les arrangements de sécurité, les dispositions en matière de sécurité pour l’accord de paix comprenaient la formation du gouvernement et des mouvements armés de forces conjointes, sous le nom de «Forces nationales pour la paix au Darfour», pour maintenir la sécurité et protéger les civils dans la région du Darfour.

  Le Fonds d’investissement climatique soutient le plan de 70 millions de dollars du Kenya pour une énergie 100 % propre

Au Soudan, le 21 août 2019, une période de transition qui durera 53 mois, se terminant par des élections début 2024, a commencé, au cours de laquelle le pouvoir sera partagé entre l’armée et la Coalition des forces de la liberté et du changement.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top