Politique

Des experts en sécurité discutent du problème de l’insurrection dans le nord du Nigéria et des moyens de parvenir à la paix

Des experts en sécurité discutent du problème de l'insurrection dans le nord du Nigéria et des moyens de parvenir à la paix

Des experts en sécurité ont discuté avec des représentants d’organisations de la société civile lors de réunions dans la capitale nigériane (Abuja) le problème de la rébellion dans le nord-est du pays et les questions liées à la réconciliation, à l’installation et à la réintégration pour tenter de parvenir à la paix dans la région.

Les réunions de deux jours ont été organisées conjointement par le Centre pour le dialogue humanitaire, l’Agence nationale d’orientation, l’International Crisis Group et le Réseau des organisations de la société civile du nord-est du Nigéria, l’International Crisis Group a publié un rapport dans lequel il a passé en revue les opinions populaires concernant la réintégration des ex-combattants, des milices et des personnes associées aux rebelles de Boko Haram, tandis que le Center for Humanitarian Dialogue a publié un autre rapport sur les positions populaires concernant le processus de réintégration dans l’État de « Burono ».

Dans un communiqué publié mardi, Zigwai Ayuba, chef du bureau des médias du Center for Humanitarian Dialogue, a déclaré que le motif de la tenue de ce symposium est de réunir les parties concernées pour qu’elles participent aux travaux afin de trouver une voie à suivre dans le processus de construction de la paix nationale, elle a ajouté que le Centre de dialogue humanitaire vise à mener ce dialogue pour améliorer la compréhension entre les principaux partis politiques sur les moyens de construire la paix, la réintégration, la construction, l’intégration, la réconciliation et le règlement, en particulier dans le nord-est du Nigéria, où la population a souffert de la révolte, et cela dure depuis dix ans.

  Algérie : saisie de 1200 téléphones mobiles derniers modèles volés en France

La déclaration indiquait que les participants au symposium avaient noté que les parties concernées au Nigéria qui œuvrent pour la réconciliation, le règlement et la réintégration doivent s’acquitter de leurs tâches dans le cadre d’un environnement confronté à des hostilités actives et à un financement limité, en plus d’être confrontés à d’autres risques tels que l’épidémie de Corona.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top