Politique

Une nouvelle étape de négociations sur le barrage de la Renaissance…et l’Éthiopie: le remplissage aura lieu

Une nouvelle étape de négociations sur le barrage de la Renaissance...et l'Éthiopie: le remplissage aura lieu

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a déclaré vendredi que le ministre Sameh Shoukry s’était rendu dans la capitale congolaise, Kinshasa, pour participer à un nouveau cycle de négociations sur le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne, en réponse à l’invitation de la République du Congo, en tant que président actuel de l’Union africaine, en Égypte, au Soudan et en Éthiopie.

Dans un communiqué, le ministère a souligné que la participation de l’Égypte s’inscrit dans le cadre du « lancement d’un processus de négociation sérieux et efficace, qui aboutira à un accord juridiquement contraignant concernant le remplissage et l’exploitation du barrage, d’une manière qui tienne compte les intérêts des trois pays ».

Pour sa part, le ministère éthiopien des Affaires étrangères a déclaré dans des déclarations à Al-Sharq qu’Addis-Abeba «participera aux négociations et attend avec impatience un accord sans conditions préalables», mais a confirmé que le processus de «remplissage du réservoir du barrage aura lieu. à la date fixée pour juillet prochain, si nous parvenons à un accord ou si nous n’y parvenons pas ».

L’Éthiopie a réitéré son rejet de la demande du Soudan de transformer le mécanisme de négociation actuel en une voie à quatre voies à laquelle participent l’Union africaine, les Nations Unies, l’Union européenne et les États-Unis, la porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Dina Mufti, a déclaré le 16 mars aux journalistes que « l’Éthiopie en général s’oppose à la médiation de parties extérieures », bien qu’elle se félicite de l’aide de l’Union africaine dans cette affaire, selon ce qui a été rapporté par le « Associated Press ».

  Diplomate mauritanien : Nous pourrions fermer la frontière avec le Mali si les tueries se répètent

Mufti a ajouté: « Les pourparlers tripartites entre l’Éthiopie, le Soudan et l’Égypte devraient se conclure sur le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne entre les trois pays eux-mêmes, et non par l’intermédiaire de médiateurs … le rôle des médiateurs est de faciliter les pourparlers uniquement ».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top