Politique

L’Éthiopie annonce le début du retrait des forces érythréennes de la région du Tigré

L'Éthiopie annonce le début du retrait des forces érythréennes de la région du Tigré

Samedi, les autorités éthiopiennes ont annoncé le début du retrait des forces érythréennes de la région du Tigré dans le nord du pays, où elles combattaient aux côtés des forces gouvernementales pendant le conflit avec le << Front populaire de libération du territoire >>, au milieu des accusations selon lesquelles ces forces et l’armée éthiopienne ont commis des massacres, des viols et des pillages.

Le ministère éthiopien des Affaires étrangères a déclaré, dans un communiqué, que les forces érythréennes avaient maintenant commencé à évacuer le Tigré, soulignant que les forces éthiopiennes avaient gardé les frontières nationales. Le nombre de soldats restants n’est pas clair, le gouvernement éthiopien fait face à d’intenses pressions pour mettre fin à la guerre du Tigré, qui a débuté en novembre de l’année dernière, lorsque le Premier ministre Abiy Ahmed a ordonné le déploiement de forces à la suite d’une attaque contre des installations militaires fédérales, qu’il accusait Front pour la libération de la région du Tigré.

Depuis que les élections nationales éthiopiennes ont été reportées l’année dernière au milieu de la pandémie de coronavirus, les dirigeants régionaux en fuite ont refusé de reconnaître l’autorité du Premier ministre Abiy Ahmed. Ils accusent également les forces érythréennes de porter parfois l’uniforme militaire éthiopien, vendredi, le Groupe des Sept grands pays a publié une déclaration fermement formulée appelant à un retrait « rapide, inconditionnel et vérifiable » des forces érythréennes du Tigré, après qu’Abiy Ahmed eut déclaré la semaine dernière que les Érythréens avaient accepté de partir.

La déclaration du «Groupe des Sept» a appelé à «l’établissement d’un processus politique clair, global et acceptable pour tous les Éthiopiens, y compris ceux de la région, qui conduise à des élections crédibles et à un processus de réconciliation nationale plus large», de nombreux rapports ont fait état d’atrocités commises lors des opérations militaires au Tigré, à un moment de préoccupation croissante face au manque de nourriture et de soins médicaux dans la région, qui compte 6 millions de personnes.

  Un sommet présidentiel pour discuter de la sécurité dans la région des Grands Lacs et des coups d'État en Afrique de l'Ouest
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top