Politique

La violence s’intensifie en RDC après la déclaration d’urgence

La violence s'intensifie en RDC après la déclaration d'urgence

Au moins 19 personnes, dont dix soldats, sont mortes dans des attaques militantes contre deux villages de l’est de la République démocratique du Congo, samedi, quelques heures après que le président Félix Tshisekedi a déclaré l’état d’urgence dans deux provinces.

L’escalade des attaques des milices armées et la violence entre groupes rivaux dans l’est du Congo ont entraîné la mort de plus de 300 personnes depuis le début de l’année, à un moment où les forces gouvernementales et les soldats de la paix des Nations Unies rencontrent des difficultés pour parvenir à la stabilité dans la région, les autorités locales ont déclaré que les dernières violences se sont produites aux petites heures du samedi matin, lorsque des hommes armés ont attaqué deux villages de Beni, dans la région du Nord-Kivu.

Selon les médias locaux, un imam de premier plan à l’intérieur de la mosquée Benny Central est mort alors qu’il effectuait des prières du soir aux mains d’inconnus. Cet imam était connu pour ses sermons contre l’extrémisme islamique via une radio régionale.

Vendredi, Tshisekedi a déclaré l’état d’urgence dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. « L’objectif est de mettre rapidement fin à l’état d’insécurité, qui entraîne la mort de nos citoyens chaque jour dans cette région », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Patrick Moya, le porte-parole n’a pas précisé les prochaines étapes qui seraient prises dans le cadre de l’état d’urgence dans les deux provinces touchées.

La police armée de Beni, au Nord-Kivu, a dispersé des étudiants qui organisaient vendredi un sit-in au conseil municipal pour attirer l’attention sur la détérioration de la situation sécuritaire. Un témoin a déclaré qu’un certain nombre d’étudiants avaient été blessés et que d’autres avaient été arrêtés.

  Sous le slogan "Réformer le pays"...la capitale ghanéenne, Accra, assiste à une manifestation de masse

Un groupe rebelle ougandais actif dans l’est du Congo depuis les années 1990, appelé les Forces démocratiques alliées, serait responsable d’une grande partie du récent bain de sang, les statistiques des Nations Unies indiquent que ce groupe a lancé une série d’attaques de représailles brutales contre des civils, depuis que l’armée a commencé ses opérations contre lui à la fin de 2019, tuant environ 850 personnes l’année dernière.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top