Politique

Assassinat d’un responsable pendant la prière et imposition du siège « dans l’est de la RDC

Assassinat d’un responsable pendant la prière et imposition du siège "dans l'est de la RDC

Un responsable a été abattu samedi soir alors qu’il effectuait des prières dans une mosquée de Beni, la ville de l’est du Congo démocratique, où des milliers de civils ont été tués depuis 2014 dans des attaques accusées de mener une organisation armée, comme l’ont annoncé les autorités.

Alwaz Mbuarara, un responsable de la ville de Beni, a déclaré à l’AFP que Cheikh Ali Amin avait été tué alors qu’il effectuait des prières du soir entre 19h30 et 20h00 (17h30-18h00 GMT), il a ajouté: « Des membres de gangs sont venus et l’ont abattu pendant la prière du soir », ce soir du Ramadan, depuis novembre 2019, plus d’un millier de civils ont été tués à Beni et aux alentours (province du Nord-Kivu), lors d’attaques dont les autorités ont accusé les «Forces démocratiques alliées» d’être derrière elles.

Samedi, d’autres personnes ont été tuées dans la région de Beni lors de nouvelles attaques, qui, selon les autorités, ont été menées par les « Forces démocratiques alliées », sans que le bilan des morts ne soit immédiatement clarifié, les «Forces démocratiques alliées» sont une organisation armée composée de rebelles venus il y a un quart de siècle de l’Ouganda voisin et récemment désignés par les États-Unis comme une «organisation terroriste» affiliée à Daech, le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, qui s’est rendu mardi à l’Elysée, avait demandé l’aide de la France pour combattre les «Forces démocratiques alliées».

Vendredi soir, Tshisekedi a déclaré un « état de siège » dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri à l’est du pays pour contrer les atrocités commises par des groupes rebelles armés contre des civils.

  Le Conseil de sécurité renouvelle pour six mois le mandat de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei

Il est à noter que les régions riches en minéraux du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, situées à la frontière avec l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi, ont été témoins d’actes violents pendant les guerres du Congo (1996-1997 et 1998-2003), mais elles n’ont pas regagné la stabilité après cela. Au nord, l’Ituri est témoin de violences depuis 2017 après une accalmie qui a duré près de 5 ans.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top