Société

RDC: De nouvelles accusations d’abus sexuels contre des travailleurs humanitaires

RDC: De nouvelles accusations d'abus sexuels contre des travailleurs humanitaires

Plus de 20 femmes congolaises ont affirmé avoir été victimes d’abus sexuels, sous forme de chantage à l’emploi, par des travailleurs humanitaires dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), selon une enquête publiée mercredi, au total, «22 femmes de la ville de Butembo ont déclaré que les travailleurs humanitaires masculins répondant à une crise d’Ebola (…) leur ont offert des emplois en échange de relations sexuelles», selon l’enquête menée par The New humanitaire (TNH) et la Fondation Thomson Reuters.

Quatorze des femmes « ont déclaré que les hommes se sont identifiés comme des travailleurs de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) », selon l’enquête, « Une des femmes est décédée après un avortement bâclé en essayant de cacher sa grossesse à son mari et à ses enfants », a déclaré sa sœur, citée dans l’enquête des journalistes.

Centre commercial important dans la province septentrionale du Nord-Kivu, Butembo a été l’un des épicentres de la dixième épidémie d’Ebola qui a tué 2200 personnes entre 2018 et 2020, l’OMS, qui avait joué un rôle de premier plan dans la réponse à cette épidémie, a déclaré qu’une enquête interne avait identifié deux victimes potentielles, tandis que 14 plaintes, dont celles de viol présumé, avaient été déposées contre l’organisation, selon la même enquête.

L’OMS s’est engagée à prendre des mesures rapides et énergiques au cas où son personnel serait reconnu coupable d’avoir commis des abus, a déclaré sa porte-parole, Marcia Poole, « Vous êtes une femme. Je pense que vous savez ce que vous pouvez me donner », a poursuivi le même message. La femme a déclaré qu’elle avait eu des relations sexuelles avec l’homme et qu’elle avait ensuite été employée par l’OMS comme femme de ménage. Avant de tomber enceinte et d’avoir été forcée de se faire avorter.

  L'histoire de la femme qui s'est battue contre les lois matrimoniales sexistes en Afrique du Sud

Au total, sept organisations sont impliquées dans l’inconduite présumée de leurs employés, dont deux autres agences des Nations Unies: l’OMS, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), l’association caritative médicale Alima, le Comité international de secours. (IRC), l’International Medical Corps (IMC) et le ministère de la Santé de la RDC.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top