Société

Togo…Des parents envoient leurs enfants travailler à cause de la faim

Togo…Des parents envoient leurs enfants travailler à cause de la faim

Dans les régions pauvres de la République ouest-africaine du Togo, les parents sont obligés d’envoyer leurs enfants dans les villes, forcés de travailler comme domestiques et dans l’agriculture et l’exploitation minière pour lutter contre la faim.

A la veille de la Journée internationale contre le travail des enfants, qui tombe le 12 juin de chaque année, Paul Ama, un habitant de la capitale Lomé, a déclaré à l’Anatolie : « Il faut visiter les régions reculées pour voir l’extrême pauvreté des gens », « Les habitants de ces zones ont à peine assez de nourriture, ils consomment de l’eau utilisée à différentes fins, et dans de telles conditions, beaucoup préfèrent envoyer leurs enfants en ville même si c’est pour travailler à la maison », a ajouté Ma.

Il a déclaré que sa sœur, Odile Ma, avait embauché une fille de 15 ans pour travailler dans sa maison, et avait travaillé pour son autre sœur, Chantal, une fille pendant 5 ans, « avant qu’elle ne la ramène au village sans rien payer compensation, mais elle l’a aidée à acquérir des compétences en couture ».

Et d’ajouter : « Dans la plupart des cas, à cause de la pauvreté, le père du village demande à l’une de ses connaissances ou à un parent de la ville de s’occuper de son enfant en échange de travaux ménagers et de nourriture », il a qualifié ce phénomène de «choquant », ajoutant : «Les gens considèrent cette charité et ce service aux pauvres, en employant leurs enfants en échange de la fourniture de nourriture uniquement.

« La pauvreté oblige les enfants à intégrer très tôt le marché du travail», explique Paul Kofi Kapacha, l’un des enseignants du pays.

  Comment le transfert secret d'un criminel de guerre en Espagne a causé un effondrement majeur des services de renseignement algériens ?

Outre le travail des enfants, une autre menace qui se profile au Togo est la traite des enfants, Chai Berry, spécialiste de l’éducation à Plan International, une organisation non gouvernementale qui soutient les droits des enfants, a déclaré que la plupart du temps, les femmes de la famille étaient impliquées dans la traite des filles.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top