Société

Polémique en Egypte après avoir taxé les créateurs de contenu

Polémique en Egypte après avoir taxé les créateurs de contenu

La demande de l’administration fiscale égyptienne aux créateurs de contenu de « blogueurs et YouTubers » de se rendre au bureau des impôts pour « ouvrir un dossier fiscal pour s’inscrire auprès du bureau des impôts sur le revenu » a déclenché une polémique sur les réseaux sociaux.

Les pionniers des sites de communication différaient sur la décision ; Certains d’entre eux ont vu que cela arrivait à son époque à la lumière des revenus importants que certaines célébrités reçoivent sur YouTube, Tik Tok et d’autres sans payer d’impôts, tandis que d’autres ont vu que l’autorité exige des impôts des blogueurs et des stars de YouTube de manière indue parce que il ne leur fournit aucun service, l’administration fiscale égyptienne avait publié aujourd’hui, samedi, une déclaration demandant aux personnes qui créent du contenu (blogueurs et YouTubers) de se rendre au bureau des impôts le plus proche pour ouvrir un dossier fiscal afin de s’inscrire auprès de la mission fiscale compétente, et de s’inscrire auprès de la valeur compétente. -mission supplémentaire lorsque leurs revenus s’élevaient à 500 000 livres sterling dans les 12 mois suivant la date de la pratique de l’activité (un dollar équivaut à 15,65 livres égyptiennes).

Le chef de l’administration fiscale égyptienne, Reda Abdel Qader, a déclaré – dans un communiqué officiel aujourd’hui, samedi – que le ministère des Finances suivait de près l’administration fiscale pour faire tout son possible pour parvenir à la justice fiscale en répertoriant plus précisément la communauté fiscale. , en particulier les transactions qui ont lieu via des plateformes électroniques, et déterminant Quiconque le fait, d’intégrer l’économie informelle dans le système officiel et de préserver les droits du trésor public de l’État, Mohsen El-Gayyar, directeur du département des services aux contribuables de l’administration fiscale, a déclaré que l’unité de commerce électronique avait été créée pour inviter les créateurs de contenu à s’inscrire dans le système fiscal, expliquant que l’unité avait compté un grand nombre de personnes engagées dans activité de commerce électronique ou « blogueurs et YouTubers », et des messages ont été envoyés à leurs plateformes respectives afin de les inviter à tomber sous le parapluie de l’économie officielle, comme il l’a décrit.

  Mutale Mwanza fait un voyage dans le passé sur Instagram
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top