Société

Libye : l’OIM condamne le meurtre de six migrants dans le centre de détention de Tripoli

Libye : l'OIM condamne le meurtre de six migrants dans le centre de détention de Tripoli

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a condamné le meurtre de six migrants et les blessures d’au moins 24 autres, dans le bâtiment du centre de détention de Tripoli, à la suite de tirs de gardes armés, à la suite d’une émeute et d’une tentative d’évasion, hier, Vendredi.

Dans un communiqué publié samedi, l’organisation a qualifié le meurtre de brutal, dénonçant l’utilisation de balles réelles contre des migrants « protestant contre les conditions épouvantables de détention », avant la fusillade, l’agence onusienne note que plus de 3 400 migrants, dont 356 femmes et 144 enfants, étaient détenus dans le centre surpeuplé des immeubles. « Beaucoup d’entre eux ont été arbitrairement arrêtés lors de raids la semaine dernière dans la banlieue de Qargaresh », « L’usage excessif de la force et de la violence, conduisant souvent à la mort, est courant dans les centres de détention libyens », a décrit Federico Soda, chef de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations en Libye.

L’Organisation internationale pour les migrations a déclaré qu’un médecin et une infirmière sous contrat avec l’organisation se trouvaient dans le centre de détention, dans le but de procéder à des examens médicaux réguliers, lorsque des émeutes ont éclaté et que de nombreux migrants ont tenté de s’échapper, l’organisation a indiqué que ses équipes ont transféré quatre des blessés dans une clinique privée et 11 autres à l’hôpital local, notant que le médecin et l’infirmière sont toujours dans le centre des bâtiments fournissant une assistance médicale d’urgence.

Selon l’agence onusienne, plus de 1 000 migrants du centre de détention de Mabanee ont demandé l’aide de l’organisation à des fins de retour volontaire, et attendent depuis des mois, après « une décision unilatérale et injustifiée de la Direction de lutte contre les migrations illégales de suspendre les vols humanitaires depuis le pays, l’organisation a déclaré que près de 10 000 hommes, femmes et enfants sont piégés dans des conditions déplorables dans des centres de détention officiels qui limitent souvent l’accès des travailleurs humanitaires.

  Le Burkina Faso reçoit 150 000 vaccins Covid des États-Unis
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top