Société

«C’est Trop»…Le ministre égyptien de l’Éducation dénonce l’ingérence des parents dans les questions éducatives

«C’est Trop»...Le ministre égyptien de l'Éducation dénonce l'ingérence des parents dans les questions éducatives

Apparemment en réponse à l’attaque des parents contre lui après avoir changé le système d’examen pour les première et deuxième années, quelques jours avant le début des examens, le ministre égyptien de l’Éducation, Tarek Shawky, a lancé une contre-attaque contre les familles égyptiennes, il a déclaré que les questions des parents sur des sujets éducatifs « dépassaient leurs limites », notant que les parents devraient fournir un bon environnement aux élèves afin qu’ils soient préparés à l’examen de quelque manière que ce soit.

Les déclarations du ministre interviennent dans la foulée de l’agression dont il a fait l’objet après qu’il a soudain annoncé, samedi à l’aube, que l’examen électronique était annulé et que l’examen sur papier était satisfait, alors qu’il avait lui-même provoqué un tollé auparavant en s’appuyant sur des « tablettes ». », et avertissant parents et spécialistes de l’époque que la faiblesse des équipements et infrastructures scolaires de manière générale en Égypte ne permet pas une telle transformation, le ministre égyptien de l’Éducation a déclaré, lors d’un entretien téléphonique avec la chaîne « Al-Nahar », que la méthode d’examen et son format sont deux choses qui concernent les établissements d’enseignement, « nous ne ferons pas (nous ne ferons pas) de référendum parce que (en ordre) pour tester les enfants », et que l’étudiant n’a qu’à étudier et à résoudre l’examen.

Le ministre a considéré que les propos des parents sur les examens de première et de deuxième année sont « une affaire étrange », s’interrogeant sur la différence entre l’examen composé de questions électroniques et papier, puis finalement il est décidé que toutes les questions reçoivent une réponse sur papier seul, et le ministre de l’Éducation a exigé de ne pas exagérer le traitement de la question, notant qu’il ne s’agissait que d’un « examen trimestriel » qui se faisait toujours sous forme papier, et que l’élève devait être prêt pour la solution, que ce soit sur papier ou sur une tablette, et c’est le ministère qui détermine la forme de l’examen.

  Les renseignements algériens demandent à Facebook de révéler les comptes de milliers d'utilisateurs

Et le ministre de l’Éducation a annoncé, samedi à quatre heures du matin, le changement du système d’examens du premier semestre pour les première et deuxième années du secondaire vers un examen entièrement sur papier au lieu d’être électronique.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top