Société

Les batteurs burundais perpétuent l’ancienne ambiance

Les batteurs burundais perpétuent l'ancienne ambiance

Virevoltant et chantant, un bâton dans chaque main, les interprètes sont les dépositaires d’un rituel séculaire reconnu par l’UNESCO, et jalousement gardé par l’État burundais, trop jalousement gardé, selon certains, « Nous battons le tambour parce que c’est notre vie parce que c’est dans notre sang », a déclaré leur chef Oscar Nshimirimana, le visage dégoulinant de sueur après une performance animée à Gishora sur fond de collines verdoyantes.

Les troupes originaires de Gishora – qui abrite un palais royal et le cœur de cette tradition musicale – jouissent d’un statut élevé et célébré. Le président burundais Evariste Ndayishimiye a honoré l’une de leurs représentations en janvier, provoquant un certain émoi, dans ce petit pays enclavé de 12 millions d’habitants, des troupes de tambours, grandes et petites, se produisent lors de mariages, de cérémonies religieuses et d’autres célébrations, ainsi que dans des compétitions les unes contre les autres, partout dans le monde également, les batteurs de la diaspora burundaise se trouvent sur au moins trois continents.

« La danse rituelle avec le tambour royal » est le joyau du patrimoine immatériel du pays, déclare un document du ministère de la Culture, « Les sauts prodigieux, les pirouettes, les clins d’œil aux spectateurs… tout cela a toujours marqué cette danse, comme porteuse d’une tradition peu commune, dans l’ensemble des percussions africaines et mondiales »

La tradition du tambour connue localement sous le nom de « ingoma » remonte au 17ème siècle et honorait le règne éternel de la famille royale à une époque où le Burundi était une monarchie, en prenant le trône, un roi aurait « monté le tambour », qui était considéré comme la source de son pouvoir, les tambours les plus sacrés portent même des noms. Beaucoup ont disparu à travers les âges, mais deux – connus sous le nom de Ruciteme et Murimirwa – sont enchâssés dans une hutte de paille traditionnelle à Gishora, pendant longtemps, ces tambours ne pouvaient être taillés que dans les troncs gigantesques de « umuvugaangoma », ou « l’arbre qui fait parler le tambour », en 2014, l’UNESCO a reconnu la valeur culturelle de la tradition en inscrivant la danse rituelle du tambour royal sur sa liste du patrimoine mondial immatériel.

  SEforALL et la Fondation Enel lancent un partenariat pour créer la prochaine génération de leaders de l'énergie en Afrique
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les plus lus

To Top