Société

Les mangroves repoussent en Égypte malgré un tourisme intense

Les mangroves repoussent en Égypte malgré un tourisme intense

Sur les rives de la mer Rouge, des milliers de mangroves nouvellement plantées poussent dans le cadre d’un programme par lequel l’Égypte cherche à sauver l’écosystème et à préserver sa diversité afin de faire face au changement climatique et à ses impacts, « C’est un écosystème intégré, quand les mangroves seront plantées, il y aura des créatures marines, des crustacés viendront et il y aura des oiseaux », explique à l’AFP l’expert en agriculture Sayed Khalifa, depuis 2017, Khalifa gère ce projet de remise en culture des mangroves sur les deux rives de la mer Rouge en Égypte, l’une dans le Sinaï et l’autre dans le désert oriental d’Égypte au sein du continent africain.

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement souligne que ces arbres très résistants peuvent supporter « bien plus que leur capacité » chaque jour, ces arbres absorbent cinq fois plus de carbone que les forêts terrestres, purifient l’eau polluée, protègent de la chaleur torride du soleil et forment un mur de défense naturel contre la montée du niveau de la mer, ces plantes remplissent tous ces rôles, bien que le coût de leur protection et de leur entretien soit incomparablement inférieur au coût de construction d’un mur pour repousser les vagues.

Malgré leurs avantages comparatifs importants, au moins 35 % des mangroves mondiales ont disparu entre 1980 et 1990, en fait, 80% de ces arbres ont disparu dans certaines régions, comme l’océan Indien, où ils constituaient un tampon naturel contre tout tsunami destructeur.

Doctorant à l’université britannique de Reading, Nico Huay explique que les responsables ignoraient « l’importance des mangroves » et préféraient « l’opportunité de générer des revenus » en construisant au plus vite des installations touristiques sur les plages, Kamal Shaltout, professeur de botanique à l’université de Tanta, dans le nord de l’Egypte, a déclaré à l’AFP que « les activités touristiques massives, qui polluent généralement l’environnement, et les activités liées à l’exploration et à l’extraction pétrolière… tout cela a eu un impact négatif sur les mangroves » ; mais à l’heure actuelle, Le Caire alloue environ 50 000 dollars par an pour replanter les mangroves, mais tout cela sera « gaspillé » si les dégâts causés par le tourisme ne sont pas maîtrisés, selon Shaltout.

  Orange Egypte signe un accord avec Mountain View pour fournir les services TRIPLE PLAY dans ses projets
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top