Société

En Algérie, des balles réelles ont été tirées sur des manifestants contre la saisie de leurs terres par le général Chengriha

En Algérie, des balles réelles ont été tirées sur des manifestants contre la saisie de leurs terres par le général Chengriha

La Wilaya de Mila, Nord-est de l’Algérie, a connu des manifestations qui se sont soldées par l’arrestation de dizaines de citoyens et l’emprisonnement provisoire pour d’autres, dont l’administrateur d’une page Facebook locale. Des tirs à balles réelles ont été tirés pour disperser des manifestants pacifiques. Des dizaines de personnes ont été touchés et blessés à la suite de l’intervention violente des forces de sécurité spéciales afin de réprimer les manifestations.

Les Faits de ces protestations remontent au mercredi 30 novembre dernier, lorsque les autorités locales sont allées démolir un collège et une école primaire, ainsi que des dizaines de résidences de citoyens, en raison du danger qu’elles causent aux habitants, selon les allégations des autorités locales.

Cependant, les habitants du quartier touché par le tremblement de terre de 2020 ont catégoriquement rejeté la décision de démolition avant de les indemniser, de leur verser des subventions, et de leur fournir un logement pour passer l’hiver et se cacher du froid glacial au lieu d’être jetés dans les rues comme des sans-abri et des chiens errants sans que personne ne s’enquière de leurs conditions et de leurs souffrances.

Des affrontements violents ont eu lieu entre les manifestants et les forces de sécurité, enregistrés par les Smartphones des citoyens et diffusés sur les réseaux sociaux, ce qui explique l’utilisation de balles réelles par les forces de sécurité sur ordre officiel de Chengriha, et ce qui a causé de blessés graves parmi les citoyens.

Les manifestants se sont également rendus au siège de la municipalité pour dénoncer et refuser de démolir les bâtiments sans répondre aux revendications soulevées depuis le tremblement de terre de 2020, ce qui a été documenté par plusieurs sites internet et journaux locaux, et nous avons contacté deux parlementaires qui ont refusé de révéler leur identité, l’un d’eux a estimé que les événements survenus dans la Wilaya de Mila et la commune d’El Kharba sont une catastrophe contre l’humanité et une nette répression des libertés.

  Un voyage à la recherche de la source du nouveau virus Corona dans la forêt gabonaise

Outre le retard des responsables à fournir immédiatement des logements et une aide aux personnes touchées depuis le tremblement de terre de 2020, ce qui a dérangé les citoyens et les a fait se sentir préoccupés par le comportement irresponsable et négligent de l’État envers les citoyens touchés, et nous avons obtenu des informations exclusives selon lesquelles le terrain que l’État veut démolir n’a aucun défaut ou est sur le point de s’effondrer, le fait est que le général Chengriha, le dirigeant réel du pays, a trouvé le site stratégique et rentable, alors il voulait construire un nouveau projet pour sa fille, même au prix du le déplacement forcé de milliers de citoyens et de la démolition de leurs maisons.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top