Société

Les diplômés en médecine d’Afrique du Sud formés en Russie ont du mal à trouver un emploi

Les diplômés en médecine d’Afrique du Sud formés en Russie ont du mal à trouver un emploi

Plus de 100 diplômés en médecine sud-africains formés en Russie restent chez eux sans emploi. Selon un mémorandum de revendications rédigé par ces médecins formés à l’étranger, l’année dernière, ils ont soumis leur candidature au Conseil des professions de santé d’Afrique du Sud et au gouvernement sud-africain, pour être officiellement reconnus et invités à passer leurs examens afin de exerce la médecine en Afrique du Sud. Nomathemba Tshabalala, diplômée en médecine, a déclaré que tout ce qu’elle souhaitait après avoir pris sa retraite en Afrique du Sud l’année dernière était d’être une lueur d’espoir pour sa communauté.
« Malheureusement, le principal problème que nous rencontrons était celui du financement. Nous ne venons pas des mêmes milieux. Certains d’entre nous étaient considérés comme une lueur d’espoir dans nos familles. Maintenant, vous êtes de retour en Afrique du Sud et votre famille attend beaucoup de vous mais vous ne pouvez pas donner, comme je suis ici, je reste avec mon fiancé. La maison est à Bethléem. Parfois, j’ai besoin d’échapper à cet environnement parce que j’ai l’impression de les avoir laissés tomber. Comment suis-je censé encourager une fille sur l’importance de l’éducation ? Cela n’a pas fonctionné pour moi.  » dit Tshabalala, un autre diplômé en médecine, Emmanuel Mnisi, a déclaré qu’il avait passé 11 ans à étudier pour devenir médecin, mais qu’aujourd’hui il est serveur dans des restaurants locaux à Johannesburg afin de subvenir aux besoins de sa famille.
« D’un point de vue personnel, je me suis replié sur moi-même et j’ai été antisocial. J’avais beaucoup d’amis avec qui je pouvais communiquer et être une personne positive. Je préfère rester dans une petite boîte et continuer à étudier parce que je sais qu’une fois que j’aurai passé cet examen, ma vie sera bien meilleure qu’elle ne l’est actuellement. Mon rêve est de pouvoir travailler dans un hôpital, « il expliqua
La porte-parole des diplômés, Hayley Reichert, estime que le retard dans l’attribution des dates aux diplômés pour passer leurs examens et être placés pour travailler dans le système de santé est l’une des raisons pour lesquelles l’Afrique du Sud manque de personnel médical.

  Coups de feu ou famine : le choix brutal auquel sont confrontés les déplacés en RDC
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top