Société

Le peuple Ogiek du Kenya continue de lutter contre l’expulsion de la forêt de Mau

Le peuple Ogiek du Kenya continue de lutter contre l’expulsion de la forêt de Mau

Depuis des années, le gouvernement kenyan cherche à protéger la forêt de Mau, qui s’étend sur environ 4 000 hectares répartis dans plusieurs comtés, contre l’empiétement et la destruction par les personnes qui abattaient des arbres pour les vendre contre du charbon de bois et du bois de chauffage. Mais les groupes de défense des droits de l’homme ont déclaré que ces efforts ont été entachés de violations des droits de l’homme qui n’ont pas encore cessé.
De 2004 à 2006, 100 000 personnes ont été expulsées de la forêt, selon des rapports distincts rédigés par des groupes de défense des droits comme Amnesty International et Human Rights Watch, ainsi que par la Commission nationale des droits de l’homme du Kenya. Ces organismes affirment également que de graves abus ont été commis jusqu’à présent par les gouvernements successifs, la dernière vague d’expulsions, qui a débuté le 2 novembre, a touché plus de 1 000 Ogiek, une communauté essentiellement de chasseurs-cueilleurs depuis des siècles dans la zone située à l’intérieur et autour de la forêt, « Comme je le sais moi-même, nous vivons ici depuis 174 ans », a déclaré Wilson Ngusilo, président du conseil Ogiek du comté de Narok, dans le sud-ouest du Kenya. « J’ai enterré mon père sur cette terre à l’âge de 105 ans et j’ai moi-même 69 ans. J’ai connu cela comme ma maison et je ne sais pas où je suis censé aller, les Ogiek déplacés ont déclaré que la plupart de leurs maisons avaient été incendiées par des agents du Service forestier du Kenya.
« Chaque fois que les [officiers] rencontrent quelqu’un sur le chemin qui transporte leurs affaires vers leur domicile, ils les arrachent et les jettent dans une rivière », a déclaré Ngusilo. « Le premier jour, 250 agents sont venus et 60 autres les ont rejoints le lendemain. Ils ont même détruit ma maison permanente après l’avoir détruite pendant deux jours d’affilée, les membres de la communauté ont été dispersés dans la région et vivent désormais dans des structures de fortune faites de sacs en nylon donnés. Ils ont dit qu’ils attendaient que le gouvernement leur montre un autre endroit où vivre.

  L'état d'alerte au Soudan en raison des inondations et du niveau des rivières est à son plus haut niveau depuis 76 ans
Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top