Société

La polémique a été réglée dans le cas d’un masque africain en bois vendu aux enchères pour 4,2 millions d’euros

La polémique a été réglée dans le cas d'un masque africain en bois vendu aux enchères pour 4,2 millions d'euros

La justice française a approuvé une vente aux enchères au cours de laquelle un masque africain rare a été vendu pour 4,2 millions d’euros (4,6 millions de dollars), qu’un marchand d’objets de collection avait acheté en 2021 à un couple de personnes âgées dans les années 1980 au prix de 150 euros, la justice a rejeté une requête présentée par l’État du Gabon, qui a participé au procès en qualité de tiers.

Selon le tribunal d’Alès, les premiers propriétaires du masque, un homme de 88 ans et son épouse de 81 ans, ont convoqué un marchand d’objets de collection d’occasion pour se débarrasser des objets anciens accumulés dans leur résidence secondaire. « Ils n’ont montré aucun intérêt à évaluer la juste valeur historique et artistique du masque », « Leur négligence et indifférence caractérisent le caractère injustifié de leur demande », selon la décision judiciaire qui a rejeté la demande du couple souhaitant annuler la vente et récupérer le montant payé par l’acheteur, resté anonyme, parmi plusieurs objets apparemment sans valeur figurait un masque en bois sculpté appartenant à un ancêtre, un ancien gouverneur colonial en Afrique, que le couple de personnes âgées a finalement vendu pour 150 euros en septembre 2021, ainsi que des lances, un couteau de circoncision, un soufflet et des instruments de musique, à l’occasion d’une vente d’objets d’art africains, le brocanteur a contacté la Maison des ventes de Montpellier, qui a mené des analyses approfondies qui ont conclu que ce masque remontait au XIXe siècle et que sa valeur était estimée entre 300 000 et 400 000 euros. Les premières estimations demandées par le revendeur de biens d’occasion se situent entre 100 et 600 euros.

  La communication musicale résiste aux transformations dans la Corne de l'Afrique

Le tribunal a conclu que les preuves présentées n’étaient pas suffisantes pour démontrer que le brocanteur était conscient de la « valeur unique » du masque avant la vente, le marchand de biens d’occasion avait fixé le prix « en fonction de sites Internet spécialisés » et de l’avis de commissaires aux enchères qui « ne voulaient pas prendre possession de la pièce », comme l’a déclaré son avocate, Patricia Bigo, lors du procès fin octobre. , soulignant que son client « n’est pas un professionnel de l’évaluation ou de l’art africain ».

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top