Société

« Ils ne savaient que se battre » : l’école aide les filles à guérir après Boko Haram

« Ils ne savaient que se battre » : l’école aide les filles à guérir après Boko Haram

Ce dont Binta Usman, 19 ans, se souvient le plus clairement de ses débuts à l’école pour filles Lafiya Sarari à Maiduguri, la capitale de l’État de Borno au Nigéria, ce sont les larmes fréquentes qui l’empêchaient de se concentrer en classe, «Nous serions tous assis en classe et nous pleurerions tous», dit-elle, comme Usman, dont le père a été tué et la famille retenue captive par le groupe militant djihadiste Boko Haram, les 100 femmes et filles de l’école ont été témoins du meurtre d’un parent ou ont elles-mêmes été kidnappées.

Un autre élève, Hassana, 17 ans, se souvient avoir été contraint de rejoindre les militants, de manipuler des armes et de commettre des actes de violence. « Nous avons bu du sang », dit-elle, Boko Haram cible les écoles dans le cadre de sa campagne d’atrocités dans le nord-est du Nigeria depuis 2010. Il a commis des massacres et de multiples enlèvements, notamment le meurtre de 59 écoliers en 2014, l’enlèvement de 276 écolières à Chibok en 2014 et de 101 filles à Dapchi en 2018, entre 2013 et 2018, selon l’ONU, Boko Haram a enlevé plus de 1 000 enfants, les utilisant comme soldats et esclaves domestiques ou sexuels. Amnesty International estime que 1 436 écoliers et 17 enseignants ont été enlevés entre décembre 2020 et octobre 2021, l’école Lafiya Sarari a été créée en réponse à la terreur infligée par Boko Haram. Créée en 2017 par la Fondation Neem, une organisation caritative nigériane créée pour aider les communautés touchées par la violence, l’école est conçue pour apporter soutien et éducation à ceux qui ont subi un traumatisme.

  L'Afrique du Sud renforce la protection des ânes contre la contrebande vers la Chine

« Ce que nous faisons est une approche d’apprentissage tenant compte des traumatismes », explique le Dr Fatima Akilu, une psychologue qui a contribué à la création de la fondation. « Ce n’est pas un programme fixe », elle déclare : « Certaines personnes souffrent de troubles de stress post-traumatique, d’autres souffrent de dépression, d’autres encore souffrent d’anxiété – cela change.

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top